L’an dernier, on achetait une maison. Une très belle maison, quoi que désespérément en manque d’entretien. Nous avions prévu mettre 40 000$ en tout les 2 premières années. Nous sommes actuellement à 40 000$, en un an. On prévoit devoir mettre 25 000$ en 2018.

Finalement, l’Univers a décidé que plutôt que de prendre 5 ans pour rénover complètement la maison, on ferait ça en 2 ans.

Tiens-toé, mange d’la misère

Quand l'Univers te fait des misères...

Actuellement, le total combiné de nos soldes est de 42 000$.

Nous visions à maintenir celles-ci proche du 25 000$. C’est un échec cuisant.

Nico a même dû aller demander une augmentation de sa marge pour ingénieur pour absorber la dernière phase des rénos en mai dernier. Ça, ce n’est encore pas si pire.

Le pire, c’est quand, en voulant changer certaines fenêtres, le revêtement extérieur d’une partie de la maison est littéralement tombé du mur, nous obligeant à entreprendre ces travaux qui n’étaient pas prévus avant… 3 ans! Nous devrons donc prendre le montant encore disponible sur les marges au printemps prochains pour entamer ces travaux.

Entre vous et moi…

On peut se parler franchement vous et moi?

Merveilleux!

Entre vous et moi et le poêle à bois, j’ai honte.

Honte du fait que nous sommes tombés dans le piège des  »tant qu’à »

Honte d’avoir payé la maison environ 10 000$ de trop.

Honte de ne pas avoir prévu 17 000$ de rénovations.

Honte que la maison ne soit toujours pas finie.

Honte qu’une partie de l’extérieur soit sur le papier de construction parce que nous n’avons pas eu le temps (ni l’argent!) de refaire l’extérieur avant l’automne.

Honte que ce mois-ci, nous devions mettre une partie des achats  »rénos » sur la marge.

Honte d’avoir à dire: je pense qu’on a fait une gaffe.

Même si, chaque jour, je me rappelle que l’argent que nous devons a été utilisé dans l’amélioration et l’entretien d’un bien durable et pas en futilités, j’ai mal au coeur.

Même si le montant de remboursement exigible est loin de nous prendre à la gorge, j’angoisse.

Même si la valeur de la maison, une fois tous les travaux terminés, passera de 170 000$ à 260 000$, je reste très anxieuse.

En trois mots: j’ai échoué. 

En quatre mots: j’ai échoué lamentablement.

On se relève les manches

Nous savons que le taux d’intérêts associés aux marges est variable et la hausse des taux est commencée, nous avons donc décidé, en juin dernier, de mettre toutes nos liquidités au remboursement de notre dette. Pour un total de presque 2000$ par mois.

Ça marche! Nous sommes passés de presque 50 000$ à 42 000$ aujourd’hui, le tout en continuant de faire quelques rénos ici et là, dont les plus grosses ont été de 3000$. Si nous n’avions pas eu à refaire l’extérieur si tôt, nous aurions remboursé nos dettes en 2 ans.

Nous avons la chance d’avoir deux emplois stables, bien rémunérés, ce qui nous permet de faire ce genre de remboursement.

C’est difficile. Nous avons dû retourner à un budget d’étudiants, après avoir goûté au p’tit lousse, c’est franchement pas facile.

Par contre, ça me donne au moins l’impression de faire quelque chose.

Syndrome de l’imposteur

On s’entend une blogueuse en finances perso qui se ramasse avec 50 000$ en un an, c’est pas glorieux.

Le pire, c’est que je me sentais à l’aise avec ce montant de dettes, jusqu’à ce que l’extérieur se mette à tomber. Là, je me suis vue, obligée de vendre à perte à cause des rénovations trop importantes et du manque de liquidité et j’ai paniqué. Je sais qu’à moins d’une immense badluck (touche du bois, touche du bois!) je ne serai pas dans cette situation, mais il n’en reste pas moins que mon bilan est pouiche ces temps-ci.

Je vais lui faire une beauté cette année, promis. L’an prochain, tout ira mieux, j’en rirai et j’en ferai un article « 10 choses à ne pas faire quand on rénove ».

Mon mantra pour cette année: une fois que l’extérieur est fini, on est ok!

Répétez avec moi 😉

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn