Économiser à la rentrée: guide pour étudiants

J’ai fini l’université en l’an dernier, complétant ainsi 7 ans d’études post-secondaire. Autant que j’étais contente de terminer, autant que le sentiment était doux-amer: fini les rabais étudiants, les party les jeudis soirs et le sentiment que c’est pas trop grave si tu te plantes, parce que tu es à l’école. Je reste pas trop loin de la réalité étudiante, parce que Nico, ma tendre moitié, a encore une session à faire pour obtenir son diplôme d’ingénieur (edit: c’est fini!), mais après, c’est fini pour un petit bout.

J’ai donc vécu 17 rentrées dans mes études post-secondaires, en comptant les sessions d’été, et croyez-moi, ça compte pour une rentrée avec tous les livres à acheter et les crayons qui disparaissent. Au fil du temps, j’ai développé certains mécanismes pour éviter de finir la rentrée avec l’impression de m’être fait saigner à blanc pour tous les achats « essentiels » du début des cours, mais aussi et surtout, pour me conserver un budget ‘‘bière » , ahem, « activités sociales ».

Je vous livre ici mes précieux trucs pour éviter de vous sentir comme un poulet à la rentrée!

 

Avant-Après

 

 

Concernant les items scolaires divers:

Crayons et pousses-mines, surligneurs et gommes à effacer, paquets de feuilles et cahiers, tout ces petits items finissent par faire monter la facture.

Mon meilleur ever truc?

Évitez la COOP comme la peste.

Courez, fuyez, sortez le lance-flammes, n’importe quoi, mais n’achetez rien à la COOP!

J’ai fait une petite étude l’an dernier, voici les prix comparés de la COOP vs les spéciaux de n’importe quelle bannière au temps de la rentrée:

Items Bannières COOP
Cahier 1$/chaque 3$/chaque
Feuilles lignées 50¢/paquet 2$/paquet
Stylo à bille 3$/6 3$/chaque
Efface 50¢/chaque 2$/chaque
Ruban Correcteur 2$/chaque 3$/chaque
Surligneur 25¢/chaque 2$/chaque
Pousse-mine 5$/6 2$/chaque
Cartable 2$/chaque 5$/chaque

 

C’est abominable! Il compte sur le fait que les étudiants sont un marché captif pour leur passer des crayons à 5$ et des sapins. Soyez plus brillants que la moyenne des ours. Allez au Jean Coutu, Uniprix, Bureau en Gros, Wal-Mart et achetez suffisamment pour durer un an. Voici ma liste qui contient tous les essentiels:

  • 2 gommes à effacer (1$/chaque)
  • 4 paquets de feuilles lignées (0,50$/chaque)
  • 10 pochettes en plastique
  • 1 ou 2 cartables (si jamais j’ai rempli ceux que j’avais ou si ils se sont brisés au-delà de toutes réparations)
  • 10 cahiers de 100 pages (1 par cours)
  • 1 paquet de pousses-mine el cheapo (ils ont tendance à disparaître anyway)
  • 1 paquet de crayons à encre bleue et noire
  • 2 white-out
  • 1 paquet de surligneur

Trouvez vous un beau bac pour ranger tout ça et vous pigez dedans au fur et à mesure de vos besoins. Quand l’année se termine, faites l’inventaire de ce qui reste et rachetez-en pour compléter votre kit.

 

Le plus important est de ne pas racheter pour rien, donc soyez organisés et gardez tout au même endroit.

 

*un autre truc de paumé total: à la fin de la session, allez voir dans les objets perdus. Genre, la dernière journée. Ses objets sont souvent jetés en final. Si vous êtes vraiment mal pris, vous pourriez au moins trouver de quoi finir l’année. Sinon, les foires à l’emploi regorgent de crayons 😉

 

Pour les livres

La facture monte tellement vite du côté des livres obligatoires, c’est abominable. Mais ce qui est encore pire, c’est que parfois les plan de cours envoyés ne sont pas tout à fait à jour, alors quand vous vous garrochez, plein de bonne volonté à la COOP, pour acheter vos livres, vous risquez d’acheter le mauvais. Et les livres ne sont pas remboursables…

 

Vérifier si vous devez l’acheter

Encore pire, parfois les profs vous disent au premier cours:

 

« Je sais qu’il y a un livre obligatoire, mais je ne l’utilise pas / préfère un autre. »

En-ra-geant

Moi, j’attendais le premier cours ou j’envoyais un courriel au prof en lui demandant si l’édition précédente fonctionnait. Je faisais donc une pierre deux coups: si le livre était inutile, le prof me disait d’attendre avant de l’acheter. Aller le consulter à la bibliothèque pour le consulter ne me coûtait rien et j’ai évité de m’encombrer!

Si le livre était réellement nécessaire, le prof me disait une fois sur deux que je pouvais acheter l’édition précédente sans problème et les éditions précédentes sont souvent beaucoup moins chères.

 

Achetez usagé via Facebook

Ensuite, abonnez-vous à groupe Facebook de votre faculté et soyez vite sur la gachette: sautez sur tous les livres usagés que vous voyez. Renseignez-vous sur le prix neuf et essayez de payer la moitié du prix pour les livres de 1ière session et au moins 30% de moins pour les autres. Cependant, assurez-vous que c’est le bon livre. Souvent, les gens vont vous vendre de bonne foi ce qu’ils ont utilisé dans le cours, mais le livre peut avoir changé complètement et vous serez pris avec 2 livres, dont un inutile.

Plus un livre est usé, moins il est cher, ce qui ne veut pas dire que vous ne serez pas capable de l’utiliser quand même!

Pour les livres que vous êtes incapable de trouver usagé par d’autres étudiants, rabattez-vous sur Amazon. J’étais souvent en mesure d’avoir l’édition précédente pour 30% de moins que la COOP et l’édition actuelle pour 10-15% de moins. Ça vaut la peine!

livresuni

Quelques fois, les Cégeps et universités organisent des foires aux livres. Un bon moyen d’économiser full pine. Au Cégep, j’avais acheté tous mes livres pour les cours de bases comme ça, j’avais payé 30$ pour un livre de bio qui valait 120$!

Kijiji reste une option. Certains sites offrent aussi l’achat et la vente de livre, comme meslivres.ca.

 

Vendez vos vieux livres

Et n’oubliez pas de vendre vos livres vous aussi! Prenez le conseil d’une fille qui a fini: je n’ai réouvert mes livres que très très rarement. Au pire, tout se rachète ou se trouve sur internet. Avec l’argent que vous ferez, vous pourrez payer une partie des nouveaux!

*pour les très très paumés: la bibliothèque est une option, mais vous risquez de ne pas pouvoir avoir accès au livre au moment des examens.

 

Pour les vêtements

Oh que oui! Parce qui dit rentrée, dit nouveaux vêtements, right?

Ben pas nécessairement.

Maintenant, il fait 30 degrés jusqu’en octobre, donc on porte des shorts et des sandales pour les 2-3 premières semaines de la rentrée. À quoi ça sert alors de s’acheter une garde-robe complète de chandail de laine, veston et pantalon longs en août?

À rien.

Attendez début novembre et profitez des spéciaux. Au pire, si vous avez besoin d’un kit propre pour faire des présentations, achetez-vous un veston et assortissez-le avec des morceaux que vous possédez déjà.

Faites le ménage de vos tiroirs et armoires. Ressortez-les morceaux oubliés, triez vos souliers et profitez du 5$ que vous retrouvez dans vos jeans. Identifiez ce qu’il vous manque. L’an dernier, j’ai cherché toutes les friperies pour une jupe grise. Ben, j’en avais déjà une. #fail

Aussi, les friperies sont vos amies. Des humbles sous-sol d’église où tout est à 25¢, jusqu’aux friperies hauts de gammes où les marques comme Anne Klein et Jones New York se côtoient sur les rayons, vous aurez l’embarras du choix. Oui, il faut fouillez. Mais dites-moi pas que vous fouillez pas chez Winners?

C’est ça que je pensais… 😉

Nico (ma tendre moitié) a travaillé en chemise-cravate tout l’été, pas une de ses cravates a été achetées neuves, mais elles sont toutes en soie et s’accordent à merveilles avec les chemises à 3$ que j’ai déniché ce printemps. Ça vaut la peine de jeter un oeil, surtout si on sait à l’avance ce qu’on aura besoin, parce que les chances sont minces qu’on trouve la veille d’une présentation importante un complet avec souliers assortis, mais avec un minimum de délai, j’ai réussi à dépenser moins de 40$ pour une garde-robe professionnelle pour Nico.

*pour les très paumés: évitez les achats tout simplement. Si vous n’allez pas à l’école tout nu, vous êtes en business.

 

Et vous, avez-vous des trucs pour économiser à la rentrée?

 

Économiser à la rentrée

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

7 Comments

  1. Autre endroit où aller fouiller; chez vos parents. Si vous n’y habitez plus, il y a des chances pour que vous y trouviez des piles de cahiers Canada, des feuilles lignées, et plein d’autres choses qui ont été achetées pour vous avant que vous déménagiez et qui attendent preneur.

    • SaraJane

      16 août 2016 at 11:38

      Haha! Oui en effet! C’est une autre excellente option, d’autant plus que rares sont les chances qu’ils réussissent à passer 1500 feuilles lignées sans votre aide.

  2. Un de mes trucs, c’est de ne pas acheter les livres demandés par les profs et plutôt les louer à ma bibliothèque ! Je n’achète plus (ou presque) de livres puisque je vais fouiller à la bibliothèque et je vais louer les anciennes éditions, si c’est pas les plus récentes. Les Soins infirmiers et sciences infirmières, c’est l’un des pires domaines avec des livres à 100$ à chaque session, en veux tu en v’là!

    • SaraJane

      22 août 2016 at 12:04

      C’est vrai! Je l’ai fait parfois, mais la période de location est seulement de 4 semaines. Et si quelqu’un l’a réservé, tu le perds. Ça fait mal au coeur, juste avant les examens… Pour les livres optionnels ou alors disponibles en grandes quantités, je ne me casserais même pas la tête et j’irais faire aller ma carte de biblio! 😉

      • Mais ça fonctionne souvent avec les bibliothèques municipales de la ville où vous étudiez. Les gens ne pensent pas d’y aller et les livres sont presque souvent tous là.

  3. Martin St-Pierre

    31 août 2016 at 7:09

    Tu vas te mettre les COOP à dos Sarah-Jane…ATTENTION! Sérieusement, bravo pour ton article. Tu m’as rappellé pourquoi j’étais toujours cassé au cégep.

    • SaraJane

      31 août 2016 at 11:48

      Je travaille pour le bien commun et on se fait des ennemis quand on refuse de se faire arnaquer!

      Merci 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Cennes Habitudes

Theme by Anders NorenUp ↑