Category: Santé financière (page 1 of 2)

4 bonnes raisons d’avoir un fonds d’urgence de 1000$

Si demain matin votre voiture avait besoin d’une réparation urgente, auriez-vous l’argent de disponible pour la faire réparer? Pour le quart des Canadiens, ce n’est pas le cas. Et pourtant, en bâtissant un simple fonds d’urgence, tout le monde pourrait s’éviter la panique!

Hier matin, je me lève en remarquant une chose étrange; Achille, mon chat réveille-matin, n’est pas à son poste habituel. Je descends préparer le café, pas de trace de mon chat. C’est en tirant une chaise pour prendre mon café que je trouve ma boulette de poil, prostrée sur la chaise et immobile. Style position foetale, mais pour un chat.

Ok, que je me dis, Achille a peut-être fait la rumba toute la nuit. Sauf qu’il ne bouge presque pas, même quand je le pousse. Louche. Je l’examine et je me rends compte que Monsieur Chichi a mangé du fil à coudre et que maintenant, ça dépasse de son illustre derrière.

Ce n’est pas la première fois, mais là, il grogne si on approche notre main pour tirer délicatement. Pas normal. Il ne mange pas. Pas normal. Il va se mettre en boule dans un coin de pièce. Pas normal.

Direction vétérinaire. On est jeudi. Le vétérinaire ouvre à 8h.  Appel au bureau pour signifier mon retard. Consultation du vétérinaire, 60$. Pour me faire dire qu’il devra avoir une échographie… à 105$. Pour confirmer ou non, la nécessité d’une opération à 800$.

Crétin de chat d’amour.

Nous sommes maintenant 24h plus tard, et Achille, malgré les laxatifs, les antidouleurs et hydratation sous-cutanée, n’a toujours pas passé son fil. C’est l’opération ce matin pour lui.

Et la facture pour moi.

4 bonnes raisons d'avoir une fonds d'urgence

Voici combien coûte un chat ayant avalé 5 pieds de fil.

J’ai paniqué un bref moment. Genre, mautadit chat que j’aime tant, qu’est-ce que tu as fait, tu sabotes tous mes efforts de remboursement de dettes!

Jusqu’à ce que je me rappelle qu’en début de mois, on a fini de remplir notre fonds d’urgence de 1000$.

#zénitude

 bonnes raisons 4 bonnes raisons d'avoir un fonds d'urgence

C’est quoi, un fonds d’urgence?

Le nom le dit, pour les urgences. 😉

Un fonds d’urgence c’est pour les choses non-planifiées qui semblent toujours nous tomber dessus au pire moment. Je ne parle pas ici des choses comme:

« J’avais pas planifié ce voyage à Cuba, mais c’est important que j’y sois »

Je parle des calamités de la vie qui font juste rajouter une couche sur la marde qu’on vie déjà. La batterie du char qui meurt alors que vous êtes en recherche d’emploi. Le chauffe-eau qui lâche alors que vous venez de resserrer votre budget. Le chat qui avale de la ficelle alors que vous êtes en plein remboursement de dettes.

L’idée du fonds d’urgence, c’est d’avoir 1000$ de disponible en tout temps pour les calamités et d’éviter de devoir creuser encore plus creux son trou, alors qu’on tente d’en sortir. On met de côté le 1000$ dans un compte à part (oui, tout seul) et on n’y touche que pour les vraies urgences.

Pourquoi 1000$?

La plupart des gens vont se demander pourquoi 1000$. Pourquoi pas 2000$? Ou 3000$ ??

En plus, la plupart des conseillers financiers recommandent un montant équivalent à 3 à 6 mois de vos dépenses. On est loin de 1000$!

Sauf que, quand on y pense, 1000$ c’est suffisant pour 99% des vraies urgences. Pensez à toutes les fois où vous vous êtes dit:

« Ah, schnoutte, c’est pas vrai »

Et que vous avez dû sortir la carte de crédit et resserrer votre budget, manger des bines et où le stress de savoir comment vous alliez rembourser ça vous a fait faire un ulcère.

C’est certain qu’en cas de perte d’emploi ou d’invalidité prolongé, vous voudriez avoir plus que 1000$, mais arriver à 18 000$ d’économies ne se fera pas en criant « Bines au ketchup« , alors considérez que 1000$ est la première étape vers votre plus gros fonds d’urgence.

4 bonnes raisons d'avoir un fonds d'urgence

 4 bonnes raisons d’avoir un fonds d’urgence de 1000$

1- Éviter le mode crise

La panique n’est jamais bonne conseillère que me disait mon père. Sans fonds d’urgence, à chaque fois qu’une dépense inattendue se pointe, la lumière rouge allume, votre beau budget tout balancé prend le bord et vous tombez en mode crise.

C’est stressant et inutile. Vous êtes déjà en train d’essayer de prendre vos finances en main, on pourrait peut-être s’éviter des difficultés, non?

Si vous savez que vous avez 1000$ de mis de côté SPÉCIFIQUEMENT pour les urgences, une urgence n’en est plus une. Vous avez de quoi la couvrir et les mois suivants, vous n’avez qu’à regarnir votre fonds d’urgence.

2-Éviter de perdre son momentum

Vous êtes en plein marathon, vous êtes concentrés, vous avez un rythme de croisière, vous ne perdez pas des yeux la ligne d’arrivée et… boum patatrac, vous glissez sur une pelure de banane. Quand on est en plein remboursement de dettes, une urgence peut  venir casser votre momentum facilement. Surtout si vous n’arrivez pas à trouver les fonds pour la payer et que vous devez la payer à crédit.

Vous travaillez fort pour voir baisser vos dettes et voilà qu’elles augmentent pareil! Y’a de quoi décourager n’importe qui!

Idem pour les gens qui commencent à suivre un budget. Une urgence, ça vient te virer tout ça à l’envers et vite. Ça donne envie de tout arrêter ça là.

Tandis qu’avec un 1000$ de fonds d’urgence, on peut éviter la pelure de bananes et rester concentré sur son objectifs,

3-Éviter de devoir emprunter

C’est souvent avec une urgence que les gens commencent à s’endetter. J’ai connu des gens qui n’avaient pas de quoi faire réparer leur voiture, alors ils sont allés en acheter une nouvelle à 0% d’intérêts et 0$ de mise de fonds.

Contre-intuitif, n’est-ce pas?

Les emprunts, c’est utile quand on achète quelque chose qui va prendre de la valeur. Une maison, un immeuble à revenu, une éducation (et encore là…), mais une urgence, ça ne devrait jamais être une raison d’emprunter.

4-Éviter que tout finisse par vous coûter plus cher

Imaginez le scénario:

Vous n’avez pas les sous maintenant pour réparer la plomberie qui fuit tranquillement. 6 mois plus tard, ce n’est plus que la plomberie qu’il faut réparer, mais aussi le plancher et les murs.

Ou alors, vous n’avez pas les sous pour  faire réparer votre radiateur de voiture et 50 km plus loin, le moteur surchauffe et saisit.

Vous avez compris l’idée… 😉

Tout ça pour dire qu’un fonds d’urgence de 1000$, ça devrait être votre priorité numéro 1 en finances personnelles. En avez-vous déjà un? Est-ce qu’il vous a déjà servi?

 

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

6 mythes sur les finances personnelles dans la vingtaine

Les finances personnelles sont un sujet nébuleux pour pas mal de gens. Le fléau n’épargne personne, mais les milléniaux sont les plus touchés. On débute pour la plupart notre vie d’adulte (oui, la trentaine compte encore comme un « jeune adulte »)  et on est au moment clef de nos vie pour prendre en main nos finances. Si au moins on pouvait éviter les mythes qui les entourent! 

Devenir adulte, ce n’est pas facile. Quand on pensait échapper aux règles et restrictions propres à l’enfance et  à l’adolescence, on se retrouve soudainement submergé par les attentes.  En plus tout le monde nous donne son avis, qu’on le demande ou pas et contribuent à nourrir les mythes.  C’est le temps de démêler tout ça!

6 mythes sur les finances personnelles et la vingtaine

5 mythes sur les finances personnelles dans la vingtaine

Mythe #1

Une fois que tu feras plus d’argent, tu n’auras plus besoin d’un budget

On aurait tellement envie d’y croire à celle-là; fini les restrictions ! Après 3,4,5 ans passés à regarder avec angoisse notre solde bancaire et calculer le nombre de jour restant au mois et le nombre de paquets de ramen dans l’armoire, on se dit que le pire est derrière nous.

Le pire est peut-être derrière toi, mais si tu veux éviter de t’y retrouver à nouveau, ton budget reste ton ami.

5 mythes sur les finan5 mythe sur les finances personnelles et la vingtaine

Je commence à avoir l’impression d’être un disque rayé, mais un budget, ça t’empêchera jamais de vivre. Ton budget, tu le fais selon TES priorités. Celles-ci vont changer en fonction d’où tu es rendu dans la vie, mais ton budget devrait toujours être avec toi. Il permet de maîtriser son argent et de savoir où il va. Parce que, crois-moi, même si tu en fais plus, si tu le maîtrises pas, ça sert à rien!

Mythe #2

Un budget, c’est plate, ça t’empêche d’acheter quoique ce soit.

Budget. Le mot est brun-beige. Le genre de couleur qu’on associe au fisc, aux comptables et aux files d’attente.

Sauf que, même si un budget, ce n’est techniquement que des additions et soustractions, rien ne t’empêche de le jazzer un peu! Mint peut t’aider ou simplement des crayons de couleur.

Maintenant qu’on a adressé la partie plate, je vais t’expliquer pourquoi le budget ne t’empêche pas d’acheter quoi que ce soit.

Un budget, c’est une feuille de papier/chiffrier électronique.

Toi, tu mets les chiffres dedans et tu détermines ce que tu dois/veux dépenser/épargner dans les mois qui viennent.

Si tu décides que tu veux acheter une nouvelle patente qui ne rentre pas dans ton budget sans l’envoyer dans le rouge, le problème, c’est pas le budget!

Le problème, c’est que tu n’as pas assez d’argent! Quand bien même que tu n’aurais pas de budget, tu ne serais quand même pas en mesure de l’acheter. En fait, sans budget, tu l’aurais peut-être acheté, mais tu te serais retrouver avec une dette sur une carte de crédit/marge de crédit.

Le budget fait simplement l’inventaire de ce que tu as de disponible et de tes obligations. C’est pas être plate ça, c’est être responsable.

La nouvelle patente attendra un peu, le temps que tu épargnes pour!

Mythe #3

Tu as besoin d’un conseiller financier.

Au risque de me faire tirer des roches, je vais vous raconter une petite anecdote qui m’est arrivée la semaine dernière. Ma mère s’est faite appeler par sa conseillère financière. Celle-ci lui demande:

– Est-ce que tu pourrais me refiler les coordonnées de ta fille pour que je la contacte et que lui propose mes services? 

Ma mère lui dit que ce n’est pas nécessaire, parce que je me gère très bien toute seule. La conseillère insiste.

-Oui, mais elle a bien besoin que quelqu’un lui trouve ses placements? Si elle veut avoir de l’argent à la retraite, elle doit en mettre dans des REER! 

Cette dame, elle a accompagné mes parents dans leurs investissements depuis 15 ans, je suis sûre qu’elle est respectablement compétente, mais, malgré ça, je ne veux pas confier à quelqu’un d’autre le choix de mes placements et me retirer de la décision. Surtout quelqu’un qui juge mes connaissances en finances sans jamais m’avoir rencontré.

Oui, un jour, je veux inclure dans l’équation un planificateur financier pour m’aider à prévoir les impacts fiscaux de mes décisions, mais d’ici là, je vais éviter les frais et investir mes sous moi-même. Après tout, ma technique ne semble pas si mal! 

Quand on est dans la vingtaine et qu’on commence à avoir des sous, ce dont on a réellement besoin, c’est d’être informé. Et pas informé par quelqu’un qui cherche à atteindre des quotas de vente ou à nous fidéliser. On a besoin d’informations claires et simples sur le REER, le CELI, les REEE, le RAP, les hypothèques, les congés parentaux, notre dossier de crédit, etc.

Si vous n’êtes pas informés, comment voulez-vous vous assurez que la personne en face de vous vous propose les bonnes choses? Le meilleur moyen d’optimiser sa situation financière, c’est d’être aux commandes. Alors commencez donc par lire le manuel 😉 !

Mythe #4

Les dettes sont un passage obligé, tout le monde en a.

Comme dirait votre mère:

Si tout le monde se jetait en bas du pont le ferais-tu?

C’est pas parce que l’on est matraqué de publicités sur les petits paiements de la nouvelle voiture de l’année, que c’est obligatoire pour vous aussi d’avoir un prêt auto. Qui dit petit paiement dit tu paies longtemps et parfois, c’est un cercle vicieux.

Les dettes, c’est de l’argent qu’on emprunte à nous-même dans le futur. On accepte d’avoir plus maintenant pour avoir moins plus tard. Parfois, le jeu en vaut la chandelle, comme avec les dettes d’études (on obtient un plus haut revenu en investissant dans notre éducation via le prêt) ou avec une hypothèque pour un bien immobilier (qui on espère, vaudra plus dans le futur).

Si on débutait notre vie d’adulte avec l’idée que les dettes, ce n’est pas normal et que ce n’est pas la seule solution, on serait étonné des résultats selon moi.

6 mythes sur les finances personnelles dans la vingtaine

Mythe #5

Faire plus d’argent, c’est impossible.

La mentalité du petit pain, c’est vraiment difficile à déboulonner. On dirait qu’on se dit qu’on est incapable de faire plus que ce qu’on gagne et on fini par accepter la réalité.

Ce qui fait que quand les gens sont dans une situation moins facile, ou veulent simplement mettre plus d’argent de côté, la première chose qu’ils font, c’est de couper dans leurs dépenses.

Quand il n’y a plus rien à couper, c’est là que la panique/sentiment d’impuissance s’installe. On est pris. On ne peut pas rien faire de plus!

Or, il y a deux façons d’impacter sur le surplus dans un budget. La première: réduire les dépenses. La deuxième? Faire plus d’argent.

Vous pouvez négocier votre augmentation!

Votre talent peut devenir une petite entreprise!

Vous avez une tondeuse et des voisins qui ont du gazon? Bam, vous faites 50$ de plus par semaine.

Vous savez repérer les bargains sur Kijiji? Flipper des objets peut être super payant!

Faire plus d’argent, ce n’est pas impossible. Ça demande un effort, mais c’est à votre portée!

Mythe #6

Si tu n’as pas de REER, tu vas mourir pauvre après une retraite à manger des ramens.

oui, vous devez épargner pour la retraite, parce que si vous ne le faites pas, personne ne le fera pour vous. Moins de 42% des Québécois ont un régime de retraite par l’employeur et le nombre est en décroissance perpétuelle. À moins d’être de la fonction publique, vous DEVEZ mettre des sous de côté en prévision de la retraite.

Mais ce ne veut pas dire de les placer automatiquement dans un REER!

Dans les dernières années, les spécialistes sont montés au micro pour nous rappeler quelque chose de bien important: contrairement à ce que votre banque essaie de vous dire depuis leur création en 2009, le CELI, ce n’est pas qu’un compte-épargne pour les projets à court-terme.

C’est aussi un excellent véhicule de placement pour la retraite.

Surtout pour les jeunes professionnels qui veulent profiter de l’effet de l’intérêt composé sans contribuer à un REER beaucoup plus contraignant. En plus, comme on y contribue avec de l’argent déjà imposé, il n’est pas imposé à la sortie, ce qui simplifie la gestion des retraits rendu au moment de dire  »bye-bye boss! » Ça ne veut pas dire que le REER est mort, il reste un bel outil pour les niveaux de revenu plus élevés.

Pour ma part, je bypass le REER pour encore quelques années.

Vive le CELI!

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Sauvez votre budget, devenez un écureuil.

J’ai toujours été surnommée ”l’écureuil”. Mes parents faisaient des blagues en disant qu’à force d’épargner comme je le faisais, je paierais cash ma première maison (spoiler: ce n’est pas arrivé). Mon chum dit à la blague que  Scratch dans Ère de Glace est inspiré de moi.

écureuil-économe

 

J’étais le genre de petite fille qui déposait religieusement l’argent reçu pour sa fête dans son compte-épargne avec la caisse scolaire. Je pense que c’est de là que vient mon amour des comptes-épargne.

Un compte-épargne, ça peut changer une vie.

Pour de  vrai là!

C’est un endroit, loin des yeux et des cartes de guichet, qui met ton argent à l’abri de toi-même. La journée où tu en as besoin, il est là,  tout prêt à être dépensé pour une dépense soigneusement planifiée.

Tout ça pour dire que j’ai toujours eu un compte-épargne et je me disais:

“MOI JE L’AI L’AFFAIRE, J’ÉPARGNE!”

Et puis arrivait une dépense que j’avais pas vu venir, pas une urgence, mais un oh-ho, genre les plaques de ton char. Ça revient à chaque année et pourtant, je réussis à les oublier à chaque année. Ce qui faisait que chaque année en octobre et janvier, je paniquais et on mangeait du riz pendant 3 semaines pour équilibrer le budget. Et ce mois-là, je n’épargnais pas.

Bref, j’avais perdu de vue mon écureuil intérieur…

devenir-écureuil-budget

Comment devenir un écureuil fait-il du sens?

Un écureuil, ça fait quoi?

Ça ramasse des noix/glands/champignons/etc, et ça les cache en vue de l’hiver. Ça reporte donc sa consommation présente dans le futur, on peut dont dire qu’il épargne.

Sauf qu’il ne met pas tout à la même place! Oh non, il éparpille ses réserves un peu partout et divise pour mieux régner.

Si à la place d’avoir un seul compte-épargne, on faisait comme l’écureuil et qu’on avait plusieurs comptes pour mieux gérer nos finances, qu’est-ce qui se passerait?

La magie des comptes-épargne

Un jour, Nico et moi avons ouvert un compte-conjoint, en se disant qu’on était prêts pour le semi-commun, mais rapidement, on a migré vers la gestion commune et le compte-conjoint s’est vu inutilisé. J’ai pris l’habitude d’y virer le montant mensuel que Mint me disait de mettre de côté pour les plaques: 48$.

Après un an, surprise! J’ai pu payer les plaques sans problèmes.

Encouragée, j’ai commencé à faire pareil pour les taxes municipales: 3 300$/an. Avec les taxes scolaires, c’est presque 350$/mois à mettre de côté. J’ai donc utilisé pour le mettre de côté le compte-épargne conjoint qu’on n’utilisait pas.

Petit à petit, j’ai appliqué la technique  des fonds à toute mes dépenses annuels, sporadiques et potentielles (les réparations pour l’auto, nouveaux vêtements, entretien du triplex). Maintenant, c’est 5 comptes-épargne qui se sont ajoutés à mon portail Tangerine.

Cette façon de faire a changé ma vie. Avant, même si je gérais mon argent de manière serrée et consciente, j’étais toujours prise par surprise par les grosses dépenses et je détestais devoir sortir de l’épargne pour les payer.

J’étais même reconnue pour m’endetter plutôt que d’utiliser mon épargne tellement je n’aimais pas voir descendre mon pécule.

#irrationnelle

Maintenant, j’épargne tout simplement pour les payer avec l’idée que l’argent que je mets de côté ne peut servir qu’à ça, parce que je la mets dans un fonds qui porte le nom de la dépense!

Présentement, on épargne 150$/mois pour couvrir tout ce qui touche aux voitures: plaques, réparations, pneus, permis de conduire. Quand on a eu a faire faire la timing belt sur la voiture en octobre, l’argent était là et ça n’a pas fait une vague dans mon budget.

En plus, ça permet de diriger mes paies directement au bon endroit à chaque jeudi matin. Je fais travailler chaque dollar pour moi, parce que je leur donne une job précise dans mon plan de vie. Aucun dollar n’est laissé derrière et ça me permet d’épargner à chaque mois le montant que j’ai dit que j’épargnerais.

Liste des dépenses qui se prêtent bien au système des fonds:

-Les dépenses reliées à la voiture

Pensez-y, on peut jamais prévoir les réparations (ou presque). On peut prévoir l’entretien, mais c’est plus difficile de savoir exactement quand et combien et les plaques nous surprennent toujours même si on sait quand c’est sensé arrivé. Mon truc? Je calcule combien je penses dépenser pour ses items et je divise par 12. Je mets ensuite ce montant de côté par mois.
Dans mon cas:
Plaques: 300$ x 2 =600$
Permis: 100$ x 2= 200$
4 changements  d’huiles = 150$
2 réparations à 400$= 800$

Total: 1750$, soit 145$ par mois. Je mets 150$, juste pour être certaine.

-Les taxes municipales

Ça c’est facile, on prend simplement le montant annuel et on divise par 12. Rien à estimer (si ce n’est que la potentielle augmentation), juste à diviser et épargner!

-Les frais de loisirs

Voyage, billets de ski, remplacement d’équipement, cours et formations, etc. On estime au mieux et on divise par 12 et on épargne.

-L’entretien de la maison

Tout ce qui est entretien normal, comme le déneigement, la tonte de pelouse, les petites réparations ici et là, etc. On pourrait calculer les grosses rénos, mais si vous comptez épargner 20 000$ pour le revêtement extérieur en un an, c’est peut-être un peu raide.  Ça se fait (tout dépend du salaire!), mais prenez-vous à l’avance.

-Les frais payables une fois par année

Frais de cartes de crédit, forfait bancaires, carte Costco, école, etc. Je me fais toujours avoir par ma carte Costco, c’est immanquable, alors j’ai maintenant un fonds où je mets 20$ par mois pour ce type de frais. Problème réglé!

-Les dépenses en vêtements et équipements de sport/loisir

Celle-là je mentirais si je disais que j’avais un fonds pour ça. Par contre, c’est dans mes plans pour 2017. On essaie d’acheter des choses de meilleure qualité pour éviter d’avoir racheter constamment, mais nécessairement, c’est plus cher. Si on avait un fonds pour ça, on pourrait mieux planifier nos achats et avoir le meilleur rendement pour notre dollar.

Est-ce que j’en oublie? Avez-vous d’autres fonds?

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

C’est le temps du bilan: l’affreux, le laid, le beau!

Wow, 2016 qui se termine déjà! J’ai toujours ce petit pincement quand une année se termine. Belle ou plus raide, j’apprends de chaque année qui passe et lui dire au revoir m’est difficile.

En plus, c’est le temps du Bilan. Avec un grand B.

Celui qu’on fait juste une fois par année. Oui, à chaque mois, je compile et calcule un petit bilan vite vite: combien j’ai dépensé, combien j’ai épargné, mais celui de fin d’année, c’est le plus exhaustif, c’est celui qui me met les choses en pleine face, plus moyen de me mettre la tête dans le sable.

Je valide en plus si j’ai atteint mes objectifs. Cette année, on s’était fixés comme objectifs d’atteindre 20 000$ en épargne (le but était d’économiser 40 000$ sur deux ans pour une mise de fonds) et de partir en voyage pour la fin d’études de Nico en payant cash pour celui-ci.

Comme pour tous les bilans, tout n’est pas rose et arc-en-ciel dans le mien cette année, mais l’important c’est d’avancer!

bilan-2016

L’affreux

Le Bilan de cette année n’est pas super méga reluisant. Pas pire pour une blogueuse en finances perso, hein?

Il faut se rappeler que le début de 2016 n’a pas été tendre avec moi, j’avais un riquiqui contrat à 15h/semaine et 15$ de l’heure. J’ai trouvé à la mi-janvier un emploi d’aide-cuisinière dans un collège privé qui payait le minimum, mais au moins, ça m’a permis de boucher les trous. J’ai appris cette année que la recherche d’emploi n’est pas une période particulièrement facile quand tu n’as pas d’expérience.

2016 a aussi été l’année du remboursement de la dette étudiante que j’ai attaqué vitesse grand V, ça, ça fait un trou dans un budget. De 13 080$ en septembre 2015, il ne me reste plus que 4005$ aujourd’hui. La remise de dettes a beaucoup aidé!

Notre locataire du 3e logement est aussi parti en décembre 2015 et j’ai appris à la raide qu’un déménagement de locataires ne se fait jamais sans perte financière pour un propriétaire. Perdre 650$ en décembre-janvier a fait mal. Je ne regrette toujours pas le triplex, car grâce à son achat et sa remise en forme, on a pu présenter une mise de fonds de 20% pour l’achat de notre prochaine maison. 

 

Le laid

Je suis un peu déçue, car novembre et décembre n’ont pas suivi aussi bien le budget que j’aurais voulu, mais les dépenses relatives à la nouvelle maison, la fin de bac de Nico et des obligations au travail ont décidé que le budget bouclait autrement. Pas de nouvelle épargne significative de côté et 2000$ sur la marge de crédit. Comme cette année, notre marge de crédit est descendue aussi bas que 6000$ et qu’on l’a remboursé en entier (avant de remettre 2000$ dessus) je dirais que je suis plutôt contente overall.

2016, c’est aussi l’année où j’aurais pu acheter un gros char, où j’ai failli et où l’univers m’a envoyé un coup de pouce sous la forme de parents généreux et de leur vieille auto. C’est un gros cadeau qui nous durera encore quelques années si bien entretenu, et ça m’a évité des paiements de 400$/mois. Est-ce que c’est LE char qu’on voulait? Non. Est-ce qu’il roule et tire une remorque (critères essentiels)? Oui. Merci papa!

 

Le beau

Février a marqué mon début de carrière et avec ça, un salaire décent!! Yé!

Je suis quand même fière de moi pour 2016. Avec des revenus changeants et totalisant au net, pour Nico et moi, moins de 45 000$, nous avons été en mesure d’économiser à ce jour, presque 23 000$ (qui servira à payer une partie de notre mise de fonds de 34 000$).

J’ai aussi 2000$ en épargne-retraite que j’ai amassé petit à petit, comme un écureuil. La retraite n’était pas la priorité de 2016, Nico n’avait pas encore fini les études… mais là, oui! 2017 sera l’année où j’ouvrirai un compte Questrade pour Nico et où est-ce qu’on passera du statut d’épargnant à investisseur.

Alors si on récapitules, j’ai 23 000$ dans des comptes-épargne, 2000$ en épargne retraite, 2000$ sur la marge de crédit, un triplex qui vaut 232 000$, 2 autos pas-neuves-mais-qui-roulent, une nouvelle maison qui s’annonce et j’ai payé cash pour mon voyage en Grande-Bretagne qui arrive!

Pas une année si terrible et celle qui s’annonce sera encore meilleure si vous voulez mon avis. Attendez-vous à un fil Instagram bourré de photos de la nouvelle maison!

objectifs-chemin

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Triplex: 1, Sara: 0

Je me considère comme une fille assez swell. Je laisse toujours une chance (et souvent une 2e!) au coureur. Ce qui fait que quand, récemment, Nico et moi avons ressenti l’appel de l’immobilier à nouveau, j’ai laissé la chance à un triplex de 3 logements ( 1 x 3 1/2, 2 x 6 1/2) offert vraiment sous l’évaluation. On était prêt pour un nouvel achat immobilier, les ratios étaient bon et l’emplacement était merveilleux.

150 000$, évalué à 183 000$.

Au coeur d’un quartier en plein essor.

2 des logements rénovés à neuf (le 3 1/2 est pratiquement fini de rénover).

Le hic? L’extérieur semble tout droit sorti d’une ville fantôme.

Vous voulez des preuves?

larocque-triplex

 

Vous voyez, c’est un peu (beaucoup) laid.

Mais comme je suis swell, je lui donne une chance (à lui et son proprio). Il part avec pas mal de « contres »:

-Le logement principal est chauffé à l’huile (ark)

-Il est bâti sur pan de roches, donc la roche suinte régulièrement dans le sous-sol de service

-Les fenêtres ( plus de 25) sont TOUTES à changer, certaines de manière urgente, car la vitre est cassée.

-L’immense balcon tient par l’espoir et la peau des fesses. Le changer, juste en matériaux, nous amène à 15 000$. Le faire faire, à 30 000$.

larcoque-vitre

Mais il part aussi avec des plus:

-Ultra-bien situé ( le coin se revitalise et devient  »in »)

-À deux pas de notre triplex actuel

-Tout en briques

-Grand terrain (rare en ville)

-Logement suffisamment grand pour qu’on puisse y rester quelques années

-Rien d’inclus dans les logements

-Rentable (avec les premières données)

Mes calculs préliminaires

Parlant de rentabilité, voici comment je calcule si je vais visiter ou non un immeuble qui semble avoir du potentiel. Je prends le prix de vente (ou le prix que je compterais offrir), j’ajoute le prix des rénos si nécessaire. Ça me donne un montant. Je divise ensuite ce montant par le montant potentiel des loyers. C’est ce qui est appelé le MRB (multiplicateur de revenu) en jargon.

Dans le cas de ce triplex, on avait:

150 000$+ 50 000$ de réno= 200 000$

Loyers: 2*700$+450$=1850$*12=22 200$

200 000$/ 22 200$= 9.

J’ai calculé que je n’achète pas d’immeuble dont le ratio dépasserait 11. 9, c’est alors bon signe.

Je calcule ensuite le prix de l’hypothèque mensuellement.

Une hypothèque de 200 000$, à 10% de mise de fonds et un taux de 4%, donne une mensualité de 969$.

Si j’ai 3 logements loués pour un total de 1850$, que la bâtisse me coûte 360$ de taxes par mois et 90$ à assurer, on peut faire le calcul suivant:

1850$-969$-360$-90$=431$.

Ce qui veut dire (très grossièrement, on est dans le calcul préliminaire ici!) que l’immeuble me rapporte 431$ par moi. Il est cash-flow positive.

Suite à ces calculs préliminaires plus que satisfaisant, on demande et obtient une visite.

La Visite

On rentre dans le 3 1/2. C’est franchement super. Plafond un peu bas, mais lumineux, entrée laveuse-sécheuse, locker intérieur, suffisamment grand. Coup de coeur.

On visite la cave de service. Mouin, s’t’une cave tsé. Humide et en pente (parce que bâti sur pan rocheux) mais bon, le filage semble ok et la plomberie aussi.

C’est là que la première lumière rouge allume: un panneau de fusibles. Ce n’est plus aux codes depuis longtemps et les assurances peuvent refuser de t’assurer. Faire changer ça, c’est 2000$.

Bon, on continue. On sort du sous-sol et on voit ça:

larocque-fenetre

Ça, c’est ce qui est communément appelé un ventre de boeuf en maçonnerie. Ça veut dire quoi? Ça veut dire qu’il y a infiltration d’eau DERRIÈRE la brique. Quand l’eau s’infiltre, ça fait rouiller les ancrages de la briques, qui cèdent une par une. La brique s’éloigne donc du mur et le poids de briques qui n’ont plus d’ancrage tire sur les autres ancrages et ça peut se dégrader très vite. C’est vraiment mauvais signe, car malgré qu’il n’avait sur le bloc que ce  »petit » ventre-de-boeuf, il est très très décollé (et instable). Ça veut dire que l’eau s’infiltre depuis longtemps. La seule raison pour laquelle tout le mur n’est pas en train de faire la même chose, c’est que c’est au-dessus d’une fenêtre, donc, le poids des briques sans ancrage repose sur la fenêtre. On peut voir que c’est effectivement le cas car l’allège de la fenêtre est fendue en plein milieu.

dscn6534

Faire démonter et remonter un mur de briques, c’est très très coûteux. Un briqueleur charge 100$/heure avec son équipement. On parle de 10 000$.

2e strike. Dans ma tête, je me dis:  » je vais juste faire une offre plus basse… » mais je n’étais déjà plus aussi emballée.

On monte voir un des 6 et demi. En montant, on se rend compte que la galerie  »spring ». Ça, ça veut dire que les ancrages en bois qui sortent de la structure de la maison pour supporter la galerie sont finis. C’est pas très problématique, comme on change déjà les galeries, mais ça dénote le manque d’entretien et l’état de décrépitude.

Le logement est superbe. Grand, presque trop grand. Ce sont deux 3 et demi convertis en grand 6 1/2. Y’a 4 portes dans le logements et la salle de bain fait 13pi par 12pi. C’est immense et étrange, avec des portes partout, dont dans une des chambres (!).

C’est là que mon père, qui est en train de recevoir la formation comme inspecteur en bâtiment, me dit de venir le voir.

Aparté, oui nous avons visité avec mes parents. Anciens proprio eux-mêmes, leur oeil avisés en font des atouts très appréciés. En plus, avec l’expertise de mon père, on se sera évité une inspection coûteuse, quand on aurait fini par ne pas prendre le bloc! Fin de l’aparté. 

Il me montre un endroit dans un petit garde-robe, bâti autour de l’ancienne cheminée. Tout le plafond du garde-robe est balloné. Infiltration d’eau! Et pas mal en plus. L’ancienne cheminée à probablement été mal calfeutrée (ou le toit est plus que dû) et l’eau s’infiltre le long du joint. Le problème avec ça? La cheminée fait les 3 logements. Il y a donc infiltration dans les trois logements.  Le toit est donc à refaire pour hier et une inspection structure et moissisure est en ordre. Coût: 15 000$

Cerise sur le sundea? On visite l’appartement du milieu. Le proprio est un hoarder. Des pièces remplies de meubles, où on peut à peine entrer et une odeur d’humidité présente partout, parce qu’il ne chauffe pas assez. Le logement n’a de plus, pas été rénové, ce qui à mon sens n’est pas grave, mais il nécessiterait une mise à jour considérable et des travaux de 10 000$, même si on les fait nous-même.

achat-immobilier

Verdict final

Cet immeuble, on avait eu un coup de coeur pour. On est sorti avec un mal de coeur. En plus des travaux évidents (galeries et fenêtres), il y a pour un autre 30 000$, juste pour les choses qui nous sont sautées aux yeux durant notre visite d’une heure.

On parle ici de mois et de mois de travaux. Des mois de loyers perdus. Des contre-temps et des surprises. Et il aurait encore fallu changer la fournaise à l’huile pour de l’électricité.

Même en réussissant à faire baisser le prix, c’était trop pour nous. Je pense qu’ils nous le donneraient et qu’on le prendrait pas.

Je suis sortie de là en disant à mon père qu’ils avaient mis du maquillage sur un cochon…

Mon père m’a répondu:

« Et encore, le maquillage cache tellement d’affaires, que tu es même pas sûre, ça pourrait être pire qu’un cochon en-dessous! »

Autrement dit, je pense qu’en immobilier, on achète ce qu’on peut soutenir financièrement ET mentalement. De m’embarquer dans 80 000$ de rénos, avant même de toucher à l’esthétique (ce qui le rend louable!), c’était trop pour nous.

On garde les yeux ouverts pour le prochain, mais on est aussi à l’affût pour une unifamiliale avec potentiel (lire: pas chère!). À suivre!

Avez-vous déjà eu des expériences similaires avec des visites? Ou même l’inverse?

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Passez go et réclamez 2000$: la remise de dettes

Quand on fini ses études, la vie devient un vrai tourbillon en un claquement de doigts. La recherche d’un nouveau travail, le déménagement potentiel, les divers formulaires à remplir pour l’université, la banque et autres. On se retrouve dans une situation où tout presse et rien ne peut attendre. Sauf les prêts étudiants de l’AFE, grâce au six mois d’exemption sur le remboursement de capital. Si vous êtes allumés sur vos finances, vous allez commencer à rembourser dès que vous aurez un emploi et éviter d’accumuler les intérêts. Mais saviez-vous qu’il existait une autre façon de payer moins d’intérêts?..

Et savez-vous le pire? Peu de gens la connaissent! Je faisais partie de ces gens-là jusqu’à tout récemment.

remise-de-dettes-go

Le programme de remise de dettes

Au Québec, le gouvernement veut vous encourager à finir vos études dans les délais prescrits (parce que ça lui coûte beaucoup moins cher). Il a donc mis sur pied un programme qui offre de rembourser 15% de la dette contractée dans le cadre du programme des prêts et bourses si vous finissez vos études à temps.

C’est le programme de remise de dettes.

C’est-y-pas merveilleux ça?

Autrement dit, si vous êtes à vos affaires à l’école, on vous récompense à grands coups de mille piasses.

remise-de-dettes

 

Jusqu’à tout récemment j’étais dans l’ignorance de ce programme. Comme vous savez, je rembourse ma dette d’études à la vitesse grand V, question de principes, même si c’est pas la chose la plus payante. C’est ma seule dette, hors hypothèque, et je ne veux plus la voir. J’avais fait un gros versement au début et depuis, je payais environ 1,5 fois le montant minimum à chaque mois. J’allais finir de la rembourser dans 3 ans (au lieu de 10 ans!), et j’étais super contente.

Ben je suis tombée en bas de ma chaise quand j’ai découvert que le programme de remise de dettes existait. J’arrêtais pas de répéter à Nico: Ben non! Ben non, ça se peut pas! Voyons dont que je connaissais pas ça! Je me sentais comme le coordonnier mal-chaussé. Ce qui fait que j’ai imprimé les formulaires (2 fois le même, un pour le bac et l’autre pour la maîtrise) et j’ai envoyé tout ça en 15 minutes.

Si tout va bien, je devrais voir ma dette restante diminuée de 1899$.

#freemoney

Sérieusement, c’est un super programme qui fait une énorme différence dans votre repaiement de dette. Et puis pensez-y, quand est-ce que le gouvernement vous fait des cadeaux de même? J’ai donc fait ma mission de renseigner le monde entier sur cette option fantastique!

Conditions

Voici les principales conditions, il y en a d’autres, mais si votre situation est conventionnelle, ça devrait vous couvrir:

  • Vous devez avoir fait soit un baccalauréat ou un DEC technique pour avoir droit à la remise de dette.Vous pouvez demander une remise de dettes pour les dettes contractées pendant votre maîtrise seulement si vous avez fait une demande de remise de dettes pour votre bac aussi.
  • Vous devez avoir reçu une bourse pour chaque année d’attribution durant laquelle vous étiez aux études.
  • Vous devez avoir réussi et terminé votre programme d’études dans le nombre de période prévu par le programme.
  • Vous devez demander la remise de dette dans les trois ans suivant la fin de vos études.

 

afe

 

Et si vous avez déjà remboursé?

Trop tard, too bad…

Ben non!! J’te niaise!

Ils vous le redonnent à vous directement si vous avez déjà fini de rembourser, sinon ils font un paiement directement auprès de votre institution financière et s’en va sur votre dette. Donc vous ne perdez rien, rien, rien à faire la demande quand même!

Y-a-t-il des attrapes?

Non… et oui.

C’est à dire que c’est quand même de l’argent  »gratuit », no string attached. Ils viendront pas vous demander, dans 10 ans, de le remettre. Ça ne vous empêche pas non plus de refaire une demande de prêts et bourses dans le futur. Franchement, on serait fou de passer à côté!

Cependant, c’est imposable, ils vous envoient un feuillet d’impôts en février. Donc, vous paierez de l’impôt sur le montant qu’ils vous donnent en fonction de votre taux marginal d’imposition. Sauf que si vous êtes comme tout bon étudiant, vous avez encore fort probablement des tonnes de crédits non-utilisés que vous pourrez utiliser pour  vous éviter de payer de l’impôt sur leur cadeau.

Un autre bon moyen d’éviter ça? Mettre le même montant en REER. D’un côté vous recevez 2000$, de l’autre vous faites  »disparaître » 2000$ de votre revenu imposable pour l’année. Et bam,  tout balance.

Et pour ceux qui viendront me dire:

« Ouin mais les intérêts payés sur une dette étudiante sont déductibles d’impôts… »

Je réponds: Ouin, pis? Préfères-tu payer quelque chose et te le refaire rembourser, ou ne jamais le payer? En plus, en réduisant le capital de votre dette d’un coup, vous améliorez votre bilan, ce qui peut vous favoriser au niveau de votre cote de crédit ou dans l’obtention d’une hypothèque.

Autrement dit, si vous y avez accès, vous ne perdez rien à remplir la demande et faire la (courte) démarche.

Ok, je fais comment?

1-Tu vas sur le site de l’AFE et tu télécharges le formulaire.

2-Tu le remplis avec les bonnes infos

3-Tu le signes avec la signature d’adulte que tu pratiques depuis que t’as ton diplôme

4- Tu le numérises avec ton relevé de note final

5-Tu le transmets en utilisant leur fonction « transmettre un document ».

Done!

Il ne  reste plus qu’à attendre la réponse et du même coup, le dépôt sur ton compte.

Ce n’est pas un programme qui est beaucoup publicisé par le gouvernement. Disons qu’ils ne le mettent pas en avant trop trop, mais ça existe. Et si ça existe, c’est pour que les gens qui y ont droit puissent en profiter. Alors sortez votre crayon et votre relevé de note, on fait notre demande de remise de dettes!

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Reprendre le contrôle de son argent en 4 étapes

C’est article s’adresse autant aux gens qui veulent reprendre le contrôle de leurs finances, que vous soyiez dans une situation de schnoutte ou dans une situation dite  »enviable ». Parce que c’est pas parce que vous êtes dans une situation enviable que vous êtes en contrôle de vos finances et vice-versa! Ce n’est jamais facile, alors voici 4 étapes (simples) pour vous aider à reprendre le contrôle de votre argent.

Aujourd’hui, je veux parler du fameux moment d’illumination. Celui qu’on a tous un jour ou l’autre (si vous l’avez pas eu, ça va venir…) Ce moment où l’on va consulter ses relevés  et qu’on se dit:

« Non, là, ça marche pas, je dois faire quelque chose »

La catalyseur de ce moment peut aussi être un refus de la banque de financer votre hypothèque, une agence de collection qui vous appelle un lundi matin ou encore, votre conseiller à la banque qui vous dit que votre retraite est mal partie.

Et là, la lumière allume et on se dit:

« Ok, go, je reprends le contrôle »

Puis, là on lit tout ce qui nous tombe sous la main en finances personnelles. On s’inscrit à des applications de budget, on achète des livres, on prend des rencontres avec un conseiller à la banque, le tout pour se rendre au bout de la première semaine complètement à bout de souffle, épuisé et abandonné le samedi.

Comme les régimes dans le fond (arg…)

Reprendre ses finances en main, ce n’est pas une course de 100 mètres, c’est un marathon. Et on se prépare pour un marathon. Et tous les marathons commencent par un pas.

Alors aujourd’hui, si vous reprenez le contrôle de vos finances, allez-y une étape à la fois.

reprendre-controle

1-Faire son bilan

Assoyez-vous avec un bon café (ou boisson au choix, je suis pas regardante) et faites votre bilan. Sortez tous vos comptes: où est-votre argent? Combien avez-vous d’épargné? Où sont vos dettes? Combien? À quel taux d’intérêts?

En date d’aujourd’hui, quelle est votre situation? À qui devez-vous de l’argent?  Faites la liste de vos créanciers. Commencez par la plus petite dette jusqu’à la plus grande.

Vous n’avez pas de dette (hormis votre hypothèque et votre prêt étudiant du gouvernement)? Bravo, mais avez-vous de l’épargne?

Si la réponse est non, vous avez une dette…

Une dette envers vous et c’est le temps de cracher l‘cash. 😉

2-Faire et suivre son budget

Maintenant que votre bilan est fait, il est temps de regarder vos entrées et sorties d’argent en créant votre budget. Faites la liste de vos dépenses fixes, en y incluant le paiement minimum de toutes vos dettes.Ensuite, faites la soustractions de celles-ci de votre revenu. Ce que ça donne, c’est le montant que vous devrez attribuer à vos dépenses variables et au remboursement de vos dettes.

Exemple: si mes dépenses fixes + mes paiements minimum= 1000$ et que mon revenu est de 2000$, il me reste 1000$ pour le reste de mes dépenses et le redressement de ma situation.

Soyez réaliste dans votre budget. Si vous dépensiez 600$ d’épicerie par mois avant, ne tentez pas de n’en dépenser que 100$ pour le futur. Ça ne fonctionnera pas (spoiler!) et vous vous découragerez. Donnez-vous des limites budgétaires réalistes.

Évaluer chaque dépense. Demandez-vous si vous pouvez:

a- vivre sans

b- la diminuer drastiquement

c-faire autrement

Un bon exemple: internet. Difficile, voire impossible, de vivre sans. On peut essayer de limiter le streaming pour diminuer la bande passante. On peut aussi demander à son voisin de partager la facture.

Dites-vous que chaque dollar que vous êtes en mesure de dégager de votre budget, c’est un dollar de plus qui sert à la réalisation de vos objectifs!

3-Identifier les problématiques les plus pressantes

Hydro menace de vous couper? Ouf, ça presse, on sort le chéquier.

L’agence de collection cogne à votre porte?Vite, vite, faut les payer!

La carte de crédit est pleine depuis 3 mois? Crotte, une autre chose à payer…

Quand on est dans un bateau plein de trous, on voudrait tout patcher le plus vite possible. Sauf que ce n’est pas possible

reprendre-controle

Ce que je veux dire ici, c’est que vous devriez accorder une  »cote » à chacune de vos problématiques. Si vous n’avez pas d’épargne, que votre cote de crédit est très basse et que Bell vous menace d’envoyer votre compte en collection, chacune de ses problématiques est importante, mais toutes ne sont pas urgente.

Pour distinguer l’urgent de l’important, regardez l’impact à court-terme sur vos finances d’une action. Par exemple, repayer Bell vous permet d’arrêter d’accumuler de l’intérêt sur la facture, éviter une grosse tâche à votre dossier de crédit et vous évite d’avoir à dealer avec l’agence de collection. C’est probablement le plus urgent.

Ensuite, le fait de ne pas avoir de fonds d’urgence vous mets dans une situation stressante: si vous avez un pépin qui survient, vous n’aurez rien pour éponger les dégâts et devrez faire appel au crédit, ce qui risque d’avoir un impact négatif sur votre cote de crédit déjà amochée. Alors, après avoir payé Bell, je me constituerais un fonds d’urgence de 1000$.

Et finalement, on s’attaque à la cote de crédit à la mine basse, parce que même si très important, ce n’est pas quelque chose qui s’arrange en criant  »bines au ketchup » et les impacts à court-terme sont mineurs. Ne vous méprenez pas, avoir une bonne cote de crédit est très important, mais à court-terme, c’est pas ça qui va vous sortir la tête de l’eau.

4- Se donner un objectif SMART

Alors, vous avez identifié les problématiques à corriger en premier? Donnez-vous maintenant des objectifs SMART. SMART, c’est un acronyme qui veut dire: spécifique, mesurable, ambitieux, réalisable, temporel.

Par exemple, si ma situation est la même que plus-haut ( Bell, fonds urgence et cote de crédit), je pourrais me dire:

« Je veux payer le 400$ que je dois à Bell à coup de 2 fois 200$, que je vais payer ce mois-ci et le mois prochain. »

C’est spécifique (payer Bell), mesurable (400$), ambitieux (j’aurais pu le payer en 6 versements, mais je vais le faire en deux), réaliste (j’ai vraiment les liquidités pour payer 200$/mois à Bell), temporel (c’est fini dans le temps, je paie ce mois-ci et le prochain).

D’autres objectifs SMART:

-Accumuler 1000$ dans mon fonds d’urgence entre maintenant et février 2017.

-Payer cash mon voyage aux Royaumes-Unis en janvier 2017 (3000$).

-Améliorer ma gestion des documents pour avoir 50% moins de difficulté à faire nos impôts en février 2017.

-Améliorer de 15 points ma cote de crédit d’ici à mars 2017

-Réécrire mon profil LinkedIn ce mois-ci de manière à avoir 10 clics par mois de plus.

-Enregistrer ma propre entreprise pour décembre 2016.

-Économiser 30$/semaine sur l’épicerie avec des coupons et autres stratégies.

Ce qui n’est pas un objectif SMART:

-Me sortir de la marde

-Économiser plus

-Sortir moins

-Partir en voyage sans payer à crédit

Etc…

L’avantage des objectifs SMART, c’est qu’ils sont très détaillés, ce qui permet de bien les intégrer dans notre quotidien, car ils sont sans ambiguïté ou interprétation.

Si vous vous dites: je vais augmenter ma cote de crédit, c’est vague, vous pourriez commencer demain, la semaine prochaine. On pourrait aussi dire que tu as atteins l’objectif si tu montes de 1 point.

Ça permet d’avoir des objectifs qui nous forcent à nous dépasser un peu, sortir de notre zone de confort, faire des choses qu’on ne ferait pas habituellement.

Un petit pas à la fois!

Quand on est dans la schnoutte, il peut être difficile de voir plus loin que le lendemain et c’est ok comme ça.

Faites la grenouille.

Connaissez-vous l’histoire de la grenouille et la jatte de crème? Bref, c’est une grenouille qui tombe dans une jatte de crème et ne peut remonter. Elle se fatigue et se dit qu’elle ne se sortira jamais de là. Sauf que la grenouille se dit: je vais donner 10 coups de pattes. Et à chaque fois qu’elle a donné ses 10 coups de pattes, elle se dit: encore 10 autres! Et ça devient de plus en plus facile de sortir sa petite tête de grenouille de la crème. Puis après 1000 coups de pattes, il arrive quelque chose d’extraordinaire: elle se propulse hors de la jatte.

Elle avait transformé la crème en beurre.

Commencez par de petits objectifs (10 coups de pattes!) et voyez de plus en plus loin. Adressez l’urgent, puis l’important et puis le reste.

Célébrez les petites victoires!

Et les grandes!!

 

 

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Quoi choisir: rembourser ses dettes ou épargner?

J’ai reçu d’une lectrice la question suivante: quelle est la marche à suivre en cas de dettes, est-ce plus avantageux de seulement rembourser les dettes ou d’épargner au même rythme? J’adooooore recevoir des questions comme ça, ça rend la tâche d’écriture tellement plus simple, car je n’ai pas à trop chercher de sujet. 😉

 

La grande question: rembourser ou épargner?

Personne n’aime les dettes. Même quand c’est des « bonnes » dettes, comme l’hypothèque ou les dettes d’étude. À moins de vivre dans un monde différent du reste de l’humanité, vous êtes en mesure de reconnaître que, peu importe si c’est une bonne dette ou une mauvaise dette, les dettes coûtent chères.

Une jambe, un bras et une partie de votre âme, pour être précise.

Vous restez attaché au créditeur pendant un nombre d’années incroyables et ils en profitent pour vous bombarder de publicités pendant encore 10 ans après la fin de votre prêt. J’ai un locataire qui s’est acheté des meubles chez Léon. Eh bien, ça fait maintenant 1 an qu’il a déménagé et ma boîte à mail est toujours pleine de prospectus qui essaient de lui vendre encore plus de stock.

C’est facile de se ré-endetter quand le démon vous appelle par votre p’tit nom et vous propose 36 petits paiements sur votre divan!

Sauf que la question demeure, quand on a des dettes, devrait-on les liquider au plus vite possible ou alors épargner? Plusieurs aspects pèsent dans la balance quand vient le temps de répondre à cette question épineuse.

 

 

rembourser-ses-dettes-ou-epargner

 

La logique

La logique veut que vous placiez vos dettes du plus haut taux d’intérêts annuel au plus petit et que vous vérifiez si, quand vous épargnez (et idéalement investissez) vous obtenez un rendement égal ou supérieur au taux que vous payez sur votre prêt.

Je vous donne un exemple:

Votre carte de crédit vous coûte 20% annuellement, avec un solde de 5000$

Le meilleur certificat de placement ( ou certificat de pauvreté comme certains l’appellent) que vous pourriez acheter vous rapporterait 3% annuellement (et encore…).

Si vous aviez 1000$ de disponible pour soit rembourser vos dettes ou épargner, voici ce que ça donnerait:

J’ai calculé ici que vous remboursiez 155$ par mois sur votre carte de crédit. Si vous prenez votre carte de crédit, avec un solde de 5000$ et que vous y appliquez un paiement de 155$ à chaque mois, vous aurez terminé de rembourser dans 47 mois, tout en ayant payé plus de 2230$ d’intérêts.

Si vous prenez le 1000$, et que vous l’appliquiez sur votre solde en même temps que votre premier paiement de 155$, vous aurez fini de payer en 34 mois et aurez payez 1160$ d’intérêts.

Entre les deux situations, vous pourriez épargner 1070$ d’intérêts.

Si vous placiez 1000$ à 3%, composé annuellement, vous obtiendrez presque 1093$ à la fin du 36e mois. Un gain de 93$.

1070$ vs 93$.

Il est dès lors facile de voir qu’en payant sa carte de crédit, on est beaucoup plus gagnant qu’en épargnant. C’est habituellement le cas pour les dettes qui ont des taux d’intérêts élevés, disons plus de 10%. Je dis 10% de façon assez arbitraire, mais selon moi, rares sont les placements générant plus de 10% annuellement avec un risque faible, en fait, je pense que les licornes ont plus de chance d’exister que ces placements. 😉

Pour résumer, la logique nous dit: on devrait rembourser nos prêts si ceux-ci nous coûtent plus cher que ce qu’on pourrait obtenir en plaçant un montant d’argent équivalent dans un placement de risque équivalent (soit très très faible).

dscn6455

Les exceptions

Cependant, si vous avez une hypothèque à 2,89%, comme moi, la ligne est plus floue entre les options. Surtout si on commence à tenir compte de la fiscalité dans tout ça.

Par exemple, dans mon cas, comme je possède un triplex, je peux déduire de mon revenu 66% de mes frais d’intérêts que me coûte mon hypothèque. Comme mes revenus de location ne sont pas imposés à la source, je trouve très chouette le fait de pouvoir déduire mes frais d’intérêts au moment des impôts. Donc, compte tenu du très faible taux d’intérêts attaché à mon hypothèque et du fait que si je repaie plus vite mon hypothèque, je réduis mes déductions possibles, c’est loin d’être avantageux de vouloir réduire mon hypothèque.

Il en est de même pour les prêts étudiants, car les intérêts sont entièrement déductibles d’impôts et ces déductions sont reportables dans le temps.

Les prêts à 0% pour les meubles et les autos sont aussi une exception. C’est l’inflation vient jouer dans ce cas. En ce moment, l’inflation pour le Canada est estimé à 1,8%. Donc, si vous avez un prêt de 1000$ pour des meubles à 0% d’intérêt, cela veut dire que vous aurez payiez moins de 1000$ au bout de votre prêt en terme réel, car le dollar d’aujourd’hui vaut plus que celui de demain. Votre taux d’intérêt réel est de -1,8%. En le remboursant plus vite, vous perdez de l’argent. Vous devriez quand même chercher à éviter ces prêts de prime abord, car ils sont rarement réellement à 0%…

 

Quand les sentiments s’en mêlent…

Dans la théorie économique, on fait l’hypothèse que les agents (c’est nous ça!) sont rationnels, mais depuis quelques décennies, on se rend compte que la réalité est toute autre. Les agents ne sont pas si rationnels que ça. Parfois, leur actions économiques ne font aucun sens, surtout quand on tient compte de la nature éminemment humaine de l’homo economicus.

Un bon exemple de ceci? Tout le monde sait que le fait de vendre en période baissière à la bourse est une mauvaise idée (sauf dans certains cas de figures). Le prix commencent à baisser, quelques personnes vendent, les prix baissent encore plus pour réfleter le stock d’actions qui augmente, encore plus de gens vendent, les prix baissent encore plus, et voilà, c’est la débandade. La règle veut donc que quand les marchés se font promener sans aucune raison (je parle pas de Nortel ici…),tu t’assoies sur tes mains pis tu attends. C’est la chose rationnelle à faire, celle que tout le monde sait qu’ils doivent faire, mais la plupart des gens ont de la difficulté à laisser leur émotions à la maison quand on parle de finances et de leur argent.

if-you-cannot-control-your-emotions-you-cannot-control-your-money-

Un autre bon exemple est moi qui rembourse mes prêts étudiants plus vite que le 10 ans prescrit par la banque. Je ne devrais pas, ce n’est pas rentable, c’est complètement illogique, mais qu’est-ce que tu veux, le poids d’avoir 13 000$ qui me suit pendant 10 ans m’était insoutenable. J’en ai littéralement fait un ulcère (moi et le stress financier, ça ne fait pas bon ménage). Avec Nico, on a pris la décision d’accélérer nos versements pour finir de rembourser en mai 2018 mon prêt. J’avais aussi un 3000$ qui m’avait été versé en provenance d’un REEE qu’une grande-tante avait placé pour moi et j’avais beaucoup de scrupules à ne pas utiliser ses sous pour mon éducation. En remboursant une partie de mon prêt avec, j’avais l’impression de remettre les choses à la bonne place.

On s’entend tout ça est loin d’être logique. Ce n’est pas payant de rembourser plus vite, même que c’est pénalisant.

Sauf que…

Je me sens mieux. Je n’ai plus d’ulcère, ce qui en soi, est franchement fantastique (et débile, pour commencer…) et j’ai l’impression d’avoir le choix. Et ça, pour moi, ça n’a pas de prix. Je n’ai jamais été quelqu’un qui ne fait que le minimum, et donc, de payer un petit peu en-haut du minimum demandé, ça me rassure.

Certaines dettes sont chargées d’un poids émotif plus lourd que d’autres. Par exemple, si vous avez empruntés des sous à votre grand-mère, même si celle-ci ne vous charge aucun intérêt, vous voulez probablement la rembourser avant de mettre des sous de côté pour votre retraite!

Comme dirait l’autre, le coeur à ses raisons que la raison ignore.

 

Donc, on rembourse ou on épargne?

Ma réponse à moi est en 3 parties:

1- Rembourser les cartes de crédit et autre prêts à taux élevés.

2-Mettre de côté en même temps 1000$ pour se constituer un fonds d’urgence.

3-Pour le reste, faire moitié-moitié.

Alors disons que vous avez 500$ de  »surplus » par mois à attribuer à vos dettes ou votre épargne, je pitcherais la moitié sur mes cartes de crédit et l’autre moitié, je la mettrais dans mon fonds d’urgence de 1000$.

Quand mon fonds d’urgence atteint 1000$ après 4 mois, je prends le 500$ au complet et je le mets sur mes cartes crédit (et/ou autres prêts à intérêts élevés).

Une fois les cartes de  crédit vides, j’épargnerais la moitié du 500$ et l’autre moitié, je rembourserais mes autres dettes si elles me coûtaient plus chères que ce que me rapporteraient mon épargne, ou si leur charge émotive était élevée (aka ulcère).

Voici un exemple, avec une carte de crédit avec un solde 1500$. En suivant ce plan, on la vide en 7 mois, tout en se constituant un fonds d’urgence.

rembourser-epargner

 

De cette façon, on équilibre nos finances et on regarde vers l’avenir. Parce que l’épargne, c’est notre revenu de demain!

L’idée ici est de se départir le plus vite possible des prêts qui génèrent des frais d’intérêts exorbitants et de ramener la situation sous contrôle rapidement. Ensuite, on peut ralentir la cadence et redresser son bilan à une vitesse moins élevée.

Vous avez aussi maintenant un fonds d’urgence de 1000$ pour éviter les cartes de crédit à l’avenir. Vous avez fait un pas dans la bonne direction! Quand j’ai constitué mon premier fonds d’urgence, c’est fou la liberté que j’ai ressenti, fini les urgences qui déglinguent un budget, vous êtes maintenant votre propre banque.

 

L’impact sur sa situation financière

Réduire son endettement est essentiel pour améliorer votre indice de faillite si vous voulez faire des gros achats, comme une maison, prochainement. Cependant, il est important de se rappeler que pour garder son crédit le plus beau possible, il faut éviter de fermer ses plus vieilles cartes de crédit. Autrement dit, remboursez-les, diminuez le montant disponible pour empruntez, mais ne les fermez pas.

Pour l’achat d’une maison et l’obtention d’une hypothèque, il faut démontrer que notre ratio d’endettement brut est sous la barre des 40%, c’est alors une excellente chose que d’abaisser le montant général de nos dettes, car ceci fait diminuer les paiements minimum.

Il faut aussi noter que non seulement, notre bilan s’améliore quand on rembourse nos dettes, mais on libère aussi du cashflow. Une fois qu’une dette est entièrement remboursée, le montant qui auparavant servait à faire le paiement mensuel est maintenant libre d’être attribué à autre chose.

On peut ainsi travailler à augmenter notre épargne et éviter les dettes dans le futur en payant cash pour nos gros achats, où au moins, augmenter la mise de fonds qu’on met à l’achat.

Une dernière note, il faut faire attention aux frais que peuvent occasionner un remboursement anticipé d’un prêt, surtout ceux associés à l’hypothèque. Tenez-en compte dans le calcul de rendement!

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Améliorez votre cote de crédit avec ces 6 conseils

Alors, après avoir parlé en long et en large du dossier de crédit et de ce qu’il contient, en plus de votre cote de crédit et de l’indice du navigateur de faillite, on est rendu à l’étape « importante »: améliorer sa cote de crédit. Je dis « importante » avec des gros guillemets, parce que selon moi, le fait de la garder top notch devrait être l’étape numero uno, mais parfois la vie nous joue des sales tours.

Comme la fois où Fido a envoyé mon compte final de cellulaire à la mauvaise adresse. Je ne savais pas qu’il me restait un solde de 51,56$ et eux envoyait la facture au 124 Briggs OUEST au lieu de EST. Bref, c’est allé en collection et eux ont trouvé la bonne adresse. J’ai payé dans la minute de l’ouverture de la lettre, mais le mal était fait. J’ai une tache à mon dossier de crédit pour encore les 2 prochaines années.

Les bad lucks, ça arrive. Les oublis aussi.

Mais quand ça arrive à répétition, la cote de crédit peut manger une claque.

En fait, elle peut se retrouver K.O.

8,9, 10, t’es out.

Si vous passez sous la barre des 680, y’a plus grand monde qui vous prêteront. Et ceux qui le feront vous le feront payer au centuple. Comme les dealers de chars « 1,2,3e chance au crédit ». Eux, ils vont vous charger 12% à 30% d’intérêts sur votre précieuse minoune. Ça vous tente moins tout d’un coup, hein?

D’où l’intérêt de se botter le cul et de faire un bon consommateur de nous-même et de remonter notre cote de crédit.

Plus facile à dire qu’à faire

Descendre une cote sous la barre des 600 points peut prendre un temps record. Un oubli, une carte de crédit trop pleine et oups. Comme la formule qui calcule la cote est une formule statistique complexe, un oubli pourrait ne pas affecter votre pointage plus qu’il ne faut. Mais si vous le combinez à une carte de crédit qui monte soudainement et boum, pour Equifax et Transunion,  vous êtes en train de leur dire que vos finances vont mal et que vous risquez de faire défaut.

En comparaison, remonter votre cote prend pas mal plus de temps. En 6 mois, vous devriez voir une amélioration notable, mais les effets complets peuvent prendre un an, tout dépendant de l’ampleur du problème. Passer de 550 à 700 peut prendre presque 18 mois et ça, c’est si vous êtes un consommateur exemplaire! Les premiers mois, vous pourriez voir une augmentation spectaculaire, puis ça ralentit. C’est que plus la cote augmente, plus il est difficile de la faire augmenter.

Si votre cote tourne autour de 750, dites-vous que c’est bien comme ça, y’a pas grand avantages à avoir une cote plus élevée. Mais si vous vous êtes juste en-bas, ça peut valoir la peine de faire quelques manoeuvres pour passer d’une cote  »correcte » à  »bonne ».

Ici je vais présenter deux cas: Vincent qui doit remonter sa cote de 550 à 750 et Julie qui veut juste la remonter de 700 à 750.  Sous chaque conseil, vous aurez les deux situations.

Présentons Vincent. Jeune vingtaine, il a trop fêté et a loadé deux cartes de crédits pendant ses études. Maintenant qu’il a fini celle-ci, l’emploi tant espéré tarde à se manifester et Vincent doit maintenant rembourser ses dettes d’études et ses cartes de crédit, tout en payant pour l’hydro, le câble (qui a augmenté, car il n’est plus étudiant) et son auto neuve qu’il s’est payé à son 3e stage. À 12$/h, il a de la difficulté à voir comment il peut s’en sortir et saute des paiements en alternance.

Julie quant à elle, est un peu plus sage, mais n’a quand même pas un dossier parfait à cause de sa méconnaissance du mécanisme et se contente de suivre les conseils de Mononc concernant les finances personnelles. Elle est donc juste sous la médiane et aimerait remonter juste un petit peu pour être en mesure d’avoir du pouvoir quand elle devra prendre une hypothèque. Elle n’a pas de dettes.

Améliorer sa cote de crédit: 6 conseils

Première étape: on vérifie

Cette première étape est ESSENTIELLE: elle ne coûte rien, prends quelques heures tout au plus à régler et porte fruits dans le mois qui suit.

Vous commandez votre dossier de crédit, gratuitement, sur le site d’Equifax et de Transunion. Ensuite, vous vérifiez si chacun des renseignements qui y figure est vrai, à date et encore valable. 80% des dossiers contiennent des erreurs importantes qui diminuent la cote de crédit de leur propriétaire!

La plupart des renseignements sont conservés pendant 6 ans. Ce qui signifie que si vous aviez eu un compte en collection en 2009, il ne devrait plus y être aujourd’hui et vous pourriez appeler les agences de crédits pour le faire enlever de votre dossier.

Si vous avez fait faillite, l’information sera là pendant 7 ans pour une première faillite et 14 ans pour la deuxième. Une proposition de consommateur, c’est 3 ans.

Aussi, parfois certains paiement faits à temps sont signifiés comme en retard. Vous pouvez aussi demandez à faire corriger ceci, si vous avez les preuves.

Parfois, certains comptes que vous aviez demandé à être fermé ne l’a pas été. Votre dossier de crédit vous l’indiquera et vous pourrez faire faire les modifications nécessaires. Un compte de crédit ouvert compte dans votre endettement total, que vous ne l’utilisiez ou pas!

Il est possible d’aller chercher quelques points parfois, juste en faisant corriger nos informations.

 

2-Payez vos comptes qui sont en retard.

Y’a 4 cotes pour les comptes en retard: 30 jours, 60 jours, 90 jours et collection. Si vous avez des comptes à 30 et 60 jours, dépêchez-vous de payer et contacter la compagnie à qui vous deviez de l’argent et négociez qu’ils enlèvent l’avis à votre dossier de crédit si vous payez. À 30 et 60 jours de retard, l’impact est encore petit et disparaît en 6 mois.

À 90 jours, le dommage est là, mais il n’est pas trop tard pour négocier et payer sa dette.  Idem pour collection. Cependant, si vous êtes incapable de négocier qu’ils effacent l’avis à votre dossier si vous payiez, vous aurez une tache pendant 6 ans à votre dossier, sauf que tant que vous n’aurez pas payé, le 6 ans ne démarrent pas. Plus vite vous le faites, plus vite ça disparaît!

Il est important de savoir que pour les cartes de crédit, vous pouvez payer que le minimum sans que ça affecte votre crédit, si vous le payez à temps. Je dis ça en serrant les dents, parce que c’est vraiment pas optimal, mais je sais que c’est la seule option pour certaines personnes. Payez le minimum sur toutes vos cartes et concentrez-vous sur une seule à la fois pour la payer (parce que oui, faut finir par payer).

Améliorer sa cote de crédit: 6 conseils

3-La diversité du crédit

Vous avez juste une carte crédit, aucun prêt et votre cellulaire est au nom de votre chum (mère, blonde, frère, alouette)? Y’a de grandes chances que vous n’ayez pas une cote de crédit parmi les plus élevées juste à cause du manque de diversité dans votre crédit.

Les compagnies qui évaluent votre crédit aiment voir plusieurs types de crédits à votre nom, car comme chacun des types de crédits à des conditions différentes, vous démontrer vos bonnes habitudes sur tous les types de prêts. En voici la liste:

Prêt à tempérament:

prêt auto, prêt personnel, achat de meubles à crédit. Quand vous demandez un montant fixe et que vous le remboursez en versement fixe selon un calendrier de versement établi lors de la signature du prêt.

 

Crédit ouvert:

Vous empruntez selon vos besoins et remboursez à la fin de la période (habituellement, mensuellement). Les marges de crédit en sont l’exemple parfait. Les prêts étudiants du gouvernement durant vos études sont aussi des crédits ouverts, mais deviennent des prêts à tempérament quand vous commencez à les rembourser.

 

Crédit renouvelable:

Ici, on parle des bonnes vieilles cartes de crédit, principalement. Le montant que vous remboursez est variable et dépend de vos dépenses du moins précédents. Les comptes de cellulaires semblent aussi être dans cette catégorie.

L’idéal, c’est d’avoir entre 2 et 3 cartes de crédits. Certains conseillers disent que d’avoir une carte de magasin parmi les 3 cartes serait encore mieux, mais, personnellement, je trouve que c’est courir après le trouble, car ce sont celles qu’on oublie souvent de payer et qui ont les frais les plus élevés.

 

Marche à suivre:

Si vous avez la chance de vous faire une marge de crédit, prenez-la (en étant responsable). Ne serait-ce que pour avoir une protection en cas de découverts, en plus de diversifiez votre crédit. Les marges coûtent presque rien et les taux sont habituellement bas. La Caisse Desjardins et d’autres banques en offrent aux étudiants durant leurs études et bien souvent, ils nous offrent de la conserver à la fin de celles-ci. Nico, comme futur ingénieur, a eu droit à 10 000$, qui nous coûtent 2,08$ chaque mois en assurance. On l’utilise rarement, mais elle est là en cas de besoin et contribue à la superbe cote de crédit de Nico.

Pour les prêts à tempérament, pas besoin de l’étirer pendant 7 ans. En avoir un pendant 3-6 mois est suffisant pour faire effet pendant 3-7 ans! J’ai eu un financement Accord D pour un divan en 2011 et ça figure toujours à mon dossier de crédit, même si j’ai repayé en 6 mois.

Si vous n’avez pas de carte de crédit,car votre crédit est trop bas, vous pouvez demander une carte avec garantie. Ces cartes ont des limites très basse et demande un dépôt égal à la limite. Elles permettent de remonter votre crédit suffisamment pour obtenir une  » vraie » carte.

Pour Vincent: Vincent est cool de ce côté, là, c’est pas ici qu’il va redorer son crédit. Avec ses deux cartes de crédits, son prêt auto et son prêt étudiant, il est en business.

Pour Julie: C’est ici que ça se passe. Si elle n’a qu’une seule carte de crédit, elle pourrait faire une demande pour une nouvelle. Elle pourrait aussi envisager d’acheter son nouveau frigo avec Accord D pour le rembourser en 3-6 mois. Si elle n’a aucun compte à son nom, elle devrait aussi envisager d’en prendre quelques un, comme le câble/internet, les assurances, etc.

 

  Améliorer sa cote de crédit: 6 conseils

4-L’utilisation du crédit renouvelable

Alors, vous avez deux cartes de crédit pis Mononc vous a dit:

« Le meilleur truc pour ton crédit, c’est de loader ta carte et de la payer en entier à chaque mois, mais en gardant toujours une balance dessus »

Yikes! Mononc vous compte de la bullshit…

L’idéal quand on a 2-3 cartes de crédit, c’est d’avoir une limite d’environ 10% à 20% de votre salaire annuel et de n’utiliser qu’un maximum de 30% sur votre carte de crédit, idéalement toujours en bas de 50% et surtout de rembourser le solde à chaque mois.

Par exemple, vous avez deux cartes de crédit qui totalise une limite de 6000$, un à 2000$ et une à 4000$. Vous ne devriez pas augmenter votre solde à plus 600$ sur la première et 1200$ sur la deuxième si vous voulez optimisez votre cote. En bas de 50%, il n’y a pas d’impact négatif, mais pas d’impact positif non plus, alors si vous devez achetez des billets d’avion à 2000$, ne paniquez pas trop. L’idée c’est que vous puissiez rembourser à chaque mois et que ça ne se reproduise pas trop souvent.

Pour Julie, c’est simple: elle prend la deuxième carte de crédit dont on parlait plus-haut, et elle ne l’utilise qu’à la hauteur de 30% en remboursant à chaque mois.

Pour le cas de Vincent, c’est un peu plus complexe, parce qu’on se souvient que ses deux cartes de crédit sont loadées à l’heure actuelle. Dans son cas à lui, il devrait viser à réduire le plus rapidement possible ses soldes et toujours, toujours, toujours payer minimalement son solde minimum. C’est loin d’être optimal, parce que comme vous le savez, les frais d’intérêts sont astronomiques, mais il doit absolument éviter de faire défaut sur ses cartes de crédit, car c’est très dommageable. Un avantage supplémentaire pour Vincent à devenir sérieux et appliqué sur son repaiement de carte de crédit est que les institutions de crédits communiquent très souvent avec Equifax et Transunion et que les bons comportements font rapidement une différence.

Il devrait viser à payer le solde minimum chaque mois+15% de la balance, s’il espère augmenter sa cote dans un horizon court et éviter de payer trop d’intérêts.  Une fois qu’il aura remboursé ses deux cartes, il pourra appliquer les conseils qui s’appliquent à Julie et aller polir sa nouvelle cote de crédit.

Spite and shine, baby. 

5-La demande de nouveau crédit

Quand on fait beaucoup de demandes de crédit d’un coup, ça peut donner une jambette à notre crédit. Ça envoie le message aux prêteurs que vous avez besoin d’argent. Une fois ça va. 2, ok. 3-4-5-6, ouch.

Si on sait qu’on magasinera une voiture sous peu, vaut mieux faire ses devoirs avant, essayer les voitures qu’on aime et une fois que notre choix est fait de ne faire qu’une seule demande de prêt. Pas 4-5 dans 4-5 concessionnaires différents. Parce que ça, les agences de crédit le perçoivent comme si vous aviez demandez 4-5 fois 20 000$. Si vous tenez à vous faire faire un prix dans chaque concessionnaire, essayez de les regrouper dans le temps, sur une période de deux semaines.

Pour les assurances, qui font des soft checks, essayez de toutes les magasiner en un seule journée. Quand les demandes de renseignements sont toutes regroupées dans un laps de temps court, l’effet est moins important.

Pour Vincent comme pour Julie: dans les 3 mois qui précèdent un gros achats à crédit, éviter de faire des demandes de crédit.

6-Évitez de fermer vos plus vieux comptes.

Je suis vraiment horrible pour ça. Ma carte de crédit à 3 mois d’historique. J’ai fermé en 2012 la carte que j’avais depuis 2008 et j’ai fermé en 2015 la carte que j’avais depuis 2012. On dirait que je n’y peux rien, je déteste laisser traîner une carte sans l’utiliser vraiment.

Mais en réalité comme l’historique de vos comptes compte pour beaucoup dans votre dossier, vous devriez éviter de fermer une carte de crédit pour en ouvrir une autre.

On voit souvent des gens très endettés qui font ça: ils reçoivent une offre de carte de crédit qui leur propose de transférer leur solde chez eux à 0% pendant 6 mois et ils transfèrent continuellement d’un compte à l’autre.

Mauvais, très mauvais.

Gardez votre vieille carte sans remise avec une limite de moins de 500$  (celle qu’on donne aux étudiants de 18 ans) et une fois par 6 mois, allez prendre un  café avec. Ensuite payez-la et n’y pensez plus pendant 6 mois.  Vous continuez de l’utiliser et vous indiquez aux agences que vous êtes encore responsables, surtout avec une utilisation aussi basse. Merveilleux!

Pour Vincent: il doit résister à la tentation d’utiliser les offres de transferts et fermer une vieille carte de crédit. Il doit plutôt continuer à la payer (le plus vite possible) et continuer à l’utiliser parcimonieusement par la suite.

Pour Julie: Continue à utiliser ta plus vieille carte ma Julie!

 

Pour terminer

En étant un consommateur averti et en suivant quelques non-sens dictés par l’algorithme des agences de crédit, vous pourriez en quelques mois remonter votre pointage de crédit  de façon notable. C’est certain que comme je disais plus-haut, passer de 550 à 600 peut se faire super rapidement, mais de 700 à 750 peut être plus long. Comme il n’y a pas d’avantage à avoir une cote bien plus haute que 750, après, il ne reste plus qu’à utiliser intelligemment son crédit pour garder celle-ci à ce niveau.

Kick back and relax…

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Démystifier le dossier de crédit

Oh, la fameuse cote de crédit. On sait qu’on en a besoin, pour louer un appartement, avoir une prime pas trop chère pour nos assurances ou encore, réussir à obtenir les meilleurs taux pour une hypothèque, mais qu’est-ce que réellement la cote de crédit?

Aujourd’hui je vous ai concocté un article qui vise précisément à démystifier ce qu’est le dossier de crédit, qui comprend, entre autres, la cote de crédit. Au courant des prochaines semaines, j’écrirai un second article qui visera à vous donner des trucs et conseils pour améliorer votre dossier de crédit et par le fait même, votre cote.

Alors, on est prêt?

Démystifierledossierdecrédit

 

Le dossier de crédit

Votre dossier de crédit, c’est votre historique en matière de crédit, regroupé à un seul endroit. Ça contient:

  • Votre nom
  • Votre adresse (actuelle et passées)
  • Tous vos comptes ouverts en ce moment qui sont à crédit(prêts, carte de crédit, hypothèque, cellulaire, prêts auto, etc)
  • Certains comptes qui peuvent ne pas être à crédit, mais affichés quand même
  • Le montant total du crédit qui vous aie accordé.
  • Les compagnies qui ont consulté votre dossier de crédit dans les dernières années (ce qu’on appelle une demande de renseignements)
  • Vos habitudes de paiement
  • Vos comptes en souffrance
  • Vos dépassements de limite

Votre dossier est créé à la minute que vous prenez votre premier compte à crédit et pas, contrairement à la croyance populaire, quand vous soufflez vos 18 bougies.

J’ai connu quelqu’un, qui avait sensiblement la trentaine, avec aucun dossier de crédit, tout simplement parce qu’il n’avait aucun historique. Pas de carte de crédit, pas de cellulaire avec un forfait, pas de compte Vidéotron, rien.

Quelqu’un qui n’a aucun historique a un dossier de crédit avec une cote de crédit très basse, mais qui s’explique par l’absence d’informations disponibles pour les prêteurs. Au fur et à mesure que vous aurez accès à du crédit, vous augmenterez votre cote (si vous êtes responsable avec le crédit).

La cote de crédit

La cote de crédit, ou pointage de crédit, est un nombre qui vous situe par rapport aux autres consommateurs, quant à vos habitudes de paiement. C’est un indice qui ne veut rien dire si on ne le place pas sur une échelle.

C’est calculé avec une formule mathématique relativement complexe qui pondère les différents aspects qui influent sur votre cote de crédit. Le meilleur pointage que vous pouvez avoir est de 900 points et le pire est de 300. La moyenne au Canada est de 700 ish et la médiane est d’environ 750.

La cote de crédit, c’est un moyen pour les prêteurs, qui ne vous connaissent pas, de se donner une idée de qui vous êtes, mais surtout de quel genre de payeur/consommateur vous êtes. Et pour ça, il se fie à la moyenne et à la médiane du pointage de crédit canadien. Par exemple, si vous avez une cote au alentour de 780, vous êtes mieux que 55% des consommateurs canadiens, mais pire que 45%.

Le chiffre seul ne veut absolument rien dire, c’est quand on le compare au chiffre des autres que sa valeur apparaît.

Au Canada, il y a deux agences de crédit qui calcule chacune leur propre cote pour vous. Ces cotes devraient être très très semblables, mais pourraient varier un peu (5-10 points) entre les agences, car les renseignements disponibles peuvent varier. Pourquoi? Parce que Vidéotron pourrait décider de transmettre l’information que vous avez 2 paiements de retard à Équifax et pas à Transunion. Les compagnies avec qui vous faites affaires sont libres ou non de transmettre l’information aux agences qu’elles veulent.

Aussi, Equifax n’utilise plus simplement l’indice Beacon (ce qui était la norme avant) mais un indice composite maison, qu’elle appelle l’ERS (y’a l’ERS, l’ERS 2.0 et le 3.0). Le score fini par ressemble au score Beacon, mais Equifax dit que ça pondère mieux les risques que vous représentez.

Ces méthodes de calculs sont gardées secrètes, comme la recette de sauce du Big Mac, parce que c’est un secret industriel. Des analystes travaillent nuit et jour pour raffiner le modèle statistiques qui leur permettra de prédire à l’heure près, le moment où vous ferez défaut sur un paiement.

 

L'hypothèque en 6 points facile: le dossier de crédit

 

L’indice du navigateur de faillite

Qu’essé ça cette bébitte là? Vous êtes perplexe là, j’en suis certaine! Ce n’est pas une nouvelle mesure à proprement parler, mais c’est un indice dont l’utilisation prend de l’ampleur pour les prêteurs dans le choix de vous prêter ou non.

Je suis sûre que vous avez déjà entendu une connaissance vous dire:

« Moi, j’ai 853 de cote de crédit »

Pis vous, avec votre  »maigre » 778, vous comprenez rien, parce qu’il est endetté jusqu’en-haut des yeux, fait juste les paiements minimums et fini son mois avec à peine 15$ de lousse.

Faque, vous vous dites que le système est de la marde pis que la société capitaliste aille au yable en vous laissant pousser le d’sour de bras et en vous parfumant au patchouli. Peace, man.

Avant de renier complètement le monde qui vous a vu naître, laissez-moi vous expliquer où l’injustice se répare.

C’est vrai qu’il peut avoir 853 de cote de crédit, malgré des habitudes de consommations déplorables.

Cependant, son indice de faillite (INF) doit être dans le plancher. Et ça, les prêteurs (surtout pour les prêts hypothécaires, commerciaux ou personnels) regardent ça de plus en plus attentivement.

Et donc, avec son 853 de cote, il pourrait quand même être refusé platement et simplement à l’achat d’une maison, ou tout autre gros prêt parce que son INF est atrocement faible.

L’INF, ça ne fait pas que prendre en compte vos habitudes de paiement, mais aussi, votre niveau d’endettement, votre niveau d’utilisation de votre crédit, le rythme et le nombre des nouvelles demandes de crédit dans un laps de temps donné et indique via une cote, la probabilité que vous fassiez faillite dans les prochains 24 mois. Ça donne plus d’importance à la lourdeur de vos dettes qu’à vos mauvaises créances.

Vous pouvez dès lors avoir une cote de crédit passable, ou même excellente, mais si votre utilisation de vos comptes est presque maximale, si vous consacrez une importante part de votre revenu à vos paiements de dette ou si vous multipliez les demandes pour des cartes de crédit, votre indice de faillite peut être très mauvais.

Dossier de crédit: multiplier les demandes de crédit

Citi Financière m’envoie des offres régulièrement (pourquoi? je ne sais pas!), mais je sais que d’avoir une carte de crédit, ce n’est pas le moyen de reprendre le contrôle de mes finances!

Ça change quoi un bon dossier de crédit?

Dit très simplement: un bon dossier de crédit, ça vous permet d’avancer dans la vie.

Sans un bon dossier de crédit, tout vous coûtera plus cher. Certaines compagnies vous demanderont un dépôt de sécurité. D’autres refuseront carrément de vous prêtez. Vous aurez peut-être besoin d’un endosseur. Bref, c’est pas la grande joie.

Au Canada, comme je le disais plus-haut, la médiane est d’environ 750 points pour la cote de crédit, ce qui veut dire que 50% des gens ont une cote supérieure à 750 au Canada. 750, c’est considéré comme une très bonne cote de crédit, alors dites-vous que d’avoir une bonne cote, ce n’est pas extraordinaire, c’est attendu de vous.

Entre 18 ans (l’âge où vous avez légalement du crédit) et 30 ans, vous devriez avoir suffisamment de temps pour vous bâtir un crédit qui tourne entre 700 et 750. Faites pas les cons, une carte de crédit Visa, une mastercard (avec une limite pas trop élevée sur chaque), vous repayez à chaque mois, un cellulaire à forfait, un forfait internet et un divan en 36 paiements et vous êtes en business. Je vous niaise pas.

Ajoutez un prêt étudiant et vous êtes une superstar du crédit.

Juré-craché.

Ce qui est plus difficile, c’est de le remonter si vous avez fait les cons. Et ça, on en discute dans un prochain article.

Connaître son dossier de crédit

Obtenir son dossier de crédit est gratuit quand on le commande par la poste. On obtient tous les renseignements publiques qu’ils ont sur nous. Vos anciennes adresses, vos comptes ouverts et fermés, les statuts de ceux-ci, le nombre de paiements à temps ou en retard, les paiements restants, etc. On devrait toujours faire venir notre dossier de crédit une fois au 18-24 mois. Ça permet de vérifier si on n’a pas été victime de vol d’identité ou si les comptes qu’on a fait fermer le sont effectivement.

Faire venir notre propre dossier de crédit, ça coûte rien et ça n’impacte pas notre crédit (parce que c’est vous!).

Ce qu’on obtient pas avec le dossier gratuit, c’est notre cote de crédit.

Pour l’obtenir, c’est 25$, en allant sur leur site internet et en le commandant en ligne.

Moi, je commencerais par faire venir mon dossier gratuitement, en le lisant, je vous garanti que si vous avez une mauvaise cote, ça va transparaître dans le dossier. Si certains comptes sont en retard (90 jours et plus), si vous avez des comptes en collection, si vous avez trop demandé de crédit, vous allez le voir. Et comme c’est ça qui joue sur votre crédit, vous pourrez en déduire votre cote. Je demande le dossier de crédit de mes locataires et pas leur cote, parce que le dossier leur coûte moins cher et j’ai les infos que j’ai besoin dedans.

Aussi, vous pouvez aussi, quand vous devez faire une demande de financement, demander gentiment votre cote. Comme eux doivent aller la chercher, ils l’auront dans leur dossier. Ils ne sont pas sensés vous la donner, mais si vous êtes ben fins… 😉 On l’a eu chez Desjardins en 2014.

Vous pouvez demander votre dossier chez Equifax et Transunion. C’est parfois une étape dure à vivre, mais nécessaire pour aller de l’avant. Allez, un peu de courage!

 

Vous avez aimé? Vous avez hâte à lundi pour la suite? Écrivez-moi plus-bas si jamais vous vouliez que j’adresse une question spécifique sur le crédit 🙂

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn
Older posts

© 2017 Cennes Habitudes

Theme by Anders NorenUp ↑