Category: Épargne

Le secret pour devenir riche

J’ai eu une conversation intéressante aujourd’hui avec une collègue de bureau. Elle me disait vouloir s’acheter une maison, mais qu’avec le prix exorbitant que celles-ci sont, c’est impossible pour elle, avec son salaire. Venant tout juste d’acheter une maison, je comprenais son point, mais je ne le partageais pas. Après avoir échanger quelques minutes, elle a conclu en disant:

« Ouin ben tu dois avoir compris le secret pour devenir riche, parce qu’avec nos salaires, je te dis que c’est impossible. »

Ça m’a un peu bousculé. Je suis habituée que les gens pensent que  »je l’ai eu facile », qu’ils présument que mes études ont été payées par mes parents (ce qui est faux, j’ai tout payé seule) et que ceux-ci paient aussi pour mes achats immobiliers (encore faux), mais là, son intervention touchait un autre niveau.  C’était comme si j’étais une autre classe de personne. Les  »riches », les capitalistes, parce que j’avais compris le  »secret ».

Ce qui fait que je me suis demandée si, effectivement, je connaissais le secret pour devenir riche sans le savoir. Après réflexion, j’ai réalisé deux choses:

1- Je connais effectivement le secret
2-Le secret n’est pas le secret. Le secret, c’est de l’appliquer!

secret-pour-devenir-riche

Le secret pour devenir riche.

Je vous apprends rien si je vous dis:

Revenus – dépenses= surplus

En science économique, on dira:

Rd – C = E

Où Rd est le revenu disponible, C est la consommation et E est l’épargne.

On peut aussi dire:

Rd= C+E

Autrement dit, le revenu se partage entre deux éléments, l’épargne et la consommation.

Si on ne peut jamais tout mettre en épargne, par contre, il est possible de tout dépenser!

L’épargne, c’est de la consommation reportée. Pensez-y, quand vous vous dites: j’ai 1$ aujourd’hui et je vais l’utiliser demain pour acheter un café, vous épargner 1$ aujourd’hui pour le consommer demain. Si au lieu de laisser votre dollar dans votre portefeuille, vous le prêtiez à un ami qui vous le rendrait le lendemain avec 25 sous supplémentaire, vous seriez plus riche de 25 sous!

Vous pouvez consommer aujourd’hui 1$ ou avoir 1,25$ demain, c’est ça le secret.

Le secret, c’est que si on dépense tout notre argent aujourd’hui, il n’y en a plus. Si on ne dépense pas tout, on peut mettre de côté et investir notre argent et le voir croître. C’est pas de la magie, ni un passe-passe de comptable!

En épargnant, vous pourrez mettre votre argent à votre service en l’investissant. Que ce soit en bourse, dans l’immobilier ou encore, en créant une entreprise, chaque dollar sera appelé à créer de la valeur.

Ark, tu es pas sérieuse?

Oui, oui, je suis sérieuse. Le seul truc dans la vie, pour devenir riche, c’est de créer de la valeur.

Les entrepreneurs le font avec leurs idées de start-up.

Les financiers de ce monde le font en investissant dans les projets des start-up.

Les Hells le font en offrant « des solutions » à leurs clients (ça n’a pas besoin d’être légal pour créer de la valeur).

Vous le faites en travaillant (plus).

Vous le faites quand vous investissez un dollar.

Et malheureusement, on ne peut pas passer à côté de l’épargne si vous voulez investir.  Et pour épargner, vous avez deux choix:

1- Réduire C

2-Augmenter Rd

Réduire C implique de couper les dépenses, trouver les opportunités d’épargner (en voici 5 faciles) et apprendre à ne pas toujours satisfaire toutes ses envies (ce qui est plutôt sain, si vous voulez mon avis!). Le problème avec le fait de réduire la consommation, c’est que malheureusement, y’a une limite, on ne pourra jamais épargner 100% de son salaire.

Augmenter le revenu est souvent repoussé du dos de la main par la plupart des gens.

Voyons dont! Comment on peut gagner plus que son salaire? Impossible!

En fait, c’est plutôt simple, mais ça demande souvent plus d’efforts que la première option. On peut demander une augmentation. On peut faire des heures supplémentaires, on peut lancer une entreprise à temps perdu, on peut trouver un 2e emploi,etc. La seule limite, c’est vous!

À notre première session d’université, y’a fallu qu’on fasse des choix pas faciles. Les prêts et bourse d’une seule personne, c’est limite en titi pour tout payer! Après avoir tout coupé ce qu’on pouvait couper et vendu tout ce qu’on pouvait vendre (bye bye 2e voiture!), y’a fallu se rendre à l’évidence: il fallait faire plus d’argent si on voulait avoir l’espoir d’épargner!

C’est à ce moment que j’ai (re)démarré mes activités de gardienne. Ça vous paraît stupide qu’à 21 ans, une fille garde encore des enfants pour 5$/heure?

Pas moi.

J’étais une mautadite bonne gardienne. Tsé celle qui arrive des activités trippantes et qui est capable d’endormir les bébés à coliques. J’étais rendue pas mal en demande. J’ai gardé de 21 ans à 23 ans de façon active et de 23 à 25 de façon sporadique. En moyenne de 2012 à 2014, je faisais presque 250$/mois supplémentaire! En fait, j’ai calculé que la mise de fonds du bloc a été bâtie à 25% par mes activités de gardienne.

Le secret pour devenir riche: faire travailler son argent pour soi.

Le secret du secret

Maintenant qu’on sait que le secret pour devenir riche, c’est de dépenser moins qu’on gagne pour dégager un surplus qu’on pourra investir, c’est simple non?

Pas si simple que ça. Sinon, tout le monde serait riche et il n’y aurait pas de secret!

Le secret, c’est d’accepter de vivre avec moins et de faire des efforts.

Ça veut pas dire de vivre dans une boîte de carton et de manger des ramen secs. Ça veut juste dire de laisser le Xième petit haut cute du mois sur la tablette et de tougher son  »cell de marde »  (à chaque fois que j’entends ça, je griche des dents) un an de plus. Ça veut aussi dire de garder toutes les fins de semaines ou presque, à la St-Valentin et lors de la période des party de bureau, même quand tu voudrais être chez vous.

Faut dégager le surplus et le mettre de côté.

La deuxième partie est aussi importante que la première, sinon, je vous garanti que le surplus disparaît. Calculer votre montant de  »surplus » et à chaque paie, le jeudi matin, virez-le sur un compte-épargne.

Ensuite à la fin du mois, virez votre compte-épargne vers votre compte de courtage en ligne/ fonds communs de placement.

C’est comme ça qu’on fait travailler notre argent pour nous.

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Quoi choisir: rembourser ses dettes ou épargner?

J’ai reçu d’une lectrice la question suivante: quelle est la marche à suivre en cas de dettes, est-ce plus avantageux de seulement rembourser les dettes ou d’épargner au même rythme? J’adooooore recevoir des questions comme ça, ça rend la tâche d’écriture tellement plus simple, car je n’ai pas à trop chercher de sujet. 😉

 

La grande question: rembourser ou épargner?

Personne n’aime les dettes. Même quand c’est des « bonnes » dettes, comme l’hypothèque ou les dettes d’étude. À moins de vivre dans un monde différent du reste de l’humanité, vous êtes en mesure de reconnaître que, peu importe si c’est une bonne dette ou une mauvaise dette, les dettes coûtent chères.

Une jambe, un bras et une partie de votre âme, pour être précise.

Vous restez attaché au créditeur pendant un nombre d’années incroyables et ils en profitent pour vous bombarder de publicités pendant encore 10 ans après la fin de votre prêt. J’ai un locataire qui s’est acheté des meubles chez Léon. Eh bien, ça fait maintenant 1 an qu’il a déménagé et ma boîte à mail est toujours pleine de prospectus qui essaient de lui vendre encore plus de stock.

C’est facile de se ré-endetter quand le démon vous appelle par votre p’tit nom et vous propose 36 petits paiements sur votre divan!

Sauf que la question demeure, quand on a des dettes, devrait-on les liquider au plus vite possible ou alors épargner? Plusieurs aspects pèsent dans la balance quand vient le temps de répondre à cette question épineuse.

 

 

rembourser-ses-dettes-ou-epargner

 

La logique

La logique veut que vous placiez vos dettes du plus haut taux d’intérêts annuel au plus petit et que vous vérifiez si, quand vous épargnez (et idéalement investissez) vous obtenez un rendement égal ou supérieur au taux que vous payez sur votre prêt.

Je vous donne un exemple:

Votre carte de crédit vous coûte 20% annuellement, avec un solde de 5000$

Le meilleur certificat de placement ( ou certificat de pauvreté comme certains l’appellent) que vous pourriez acheter vous rapporterait 3% annuellement (et encore…).

Si vous aviez 1000$ de disponible pour soit rembourser vos dettes ou épargner, voici ce que ça donnerait:

J’ai calculé ici que vous remboursiez 155$ par mois sur votre carte de crédit. Si vous prenez votre carte de crédit, avec un solde de 5000$ et que vous y appliquez un paiement de 155$ à chaque mois, vous aurez terminé de rembourser dans 47 mois, tout en ayant payé plus de 2230$ d’intérêts.

Si vous prenez le 1000$, et que vous l’appliquiez sur votre solde en même temps que votre premier paiement de 155$, vous aurez fini de payer en 34 mois et aurez payez 1160$ d’intérêts.

Entre les deux situations, vous pourriez épargner 1070$ d’intérêts.

Si vous placiez 1000$ à 3%, composé annuellement, vous obtiendrez presque 1093$ à la fin du 36e mois. Un gain de 93$.

1070$ vs 93$.

Il est dès lors facile de voir qu’en payant sa carte de crédit, on est beaucoup plus gagnant qu’en épargnant. C’est habituellement le cas pour les dettes qui ont des taux d’intérêts élevés, disons plus de 10%. Je dis 10% de façon assez arbitraire, mais selon moi, rares sont les placements générant plus de 10% annuellement avec un risque faible, en fait, je pense que les licornes ont plus de chance d’exister que ces placements. 😉

Pour résumer, la logique nous dit: on devrait rembourser nos prêts si ceux-ci nous coûtent plus cher que ce qu’on pourrait obtenir en plaçant un montant d’argent équivalent dans un placement de risque équivalent (soit très très faible).

dscn6455

Les exceptions

Cependant, si vous avez une hypothèque à 2,89%, comme moi, la ligne est plus floue entre les options. Surtout si on commence à tenir compte de la fiscalité dans tout ça.

Par exemple, dans mon cas, comme je possède un triplex, je peux déduire de mon revenu 66% de mes frais d’intérêts que me coûte mon hypothèque. Comme mes revenus de location ne sont pas imposés à la source, je trouve très chouette le fait de pouvoir déduire mes frais d’intérêts au moment des impôts. Donc, compte tenu du très faible taux d’intérêts attaché à mon hypothèque et du fait que si je repaie plus vite mon hypothèque, je réduis mes déductions possibles, c’est loin d’être avantageux de vouloir réduire mon hypothèque.

Il en est de même pour les prêts étudiants, car les intérêts sont entièrement déductibles d’impôts et ces déductions sont reportables dans le temps.

Les prêts à 0% pour les meubles et les autos sont aussi une exception. C’est l’inflation vient jouer dans ce cas. En ce moment, l’inflation pour le Canada est estimé à 1,8%. Donc, si vous avez un prêt de 1000$ pour des meubles à 0% d’intérêt, cela veut dire que vous aurez payiez moins de 1000$ au bout de votre prêt en terme réel, car le dollar d’aujourd’hui vaut plus que celui de demain. Votre taux d’intérêt réel est de -1,8%. En le remboursant plus vite, vous perdez de l’argent. Vous devriez quand même chercher à éviter ces prêts de prime abord, car ils sont rarement réellement à 0%…

 

Quand les sentiments s’en mêlent…

Dans la théorie économique, on fait l’hypothèse que les agents (c’est nous ça!) sont rationnels, mais depuis quelques décennies, on se rend compte que la réalité est toute autre. Les agents ne sont pas si rationnels que ça. Parfois, leur actions économiques ne font aucun sens, surtout quand on tient compte de la nature éminemment humaine de l’homo economicus.

Un bon exemple de ceci? Tout le monde sait que le fait de vendre en période baissière à la bourse est une mauvaise idée (sauf dans certains cas de figures). Le prix commencent à baisser, quelques personnes vendent, les prix baissent encore plus pour réfleter le stock d’actions qui augmente, encore plus de gens vendent, les prix baissent encore plus, et voilà, c’est la débandade. La règle veut donc que quand les marchés se font promener sans aucune raison (je parle pas de Nortel ici…),tu t’assoies sur tes mains pis tu attends. C’est la chose rationnelle à faire, celle que tout le monde sait qu’ils doivent faire, mais la plupart des gens ont de la difficulté à laisser leur émotions à la maison quand on parle de finances et de leur argent.

if-you-cannot-control-your-emotions-you-cannot-control-your-money-

Un autre bon exemple est moi qui rembourse mes prêts étudiants plus vite que le 10 ans prescrit par la banque. Je ne devrais pas, ce n’est pas rentable, c’est complètement illogique, mais qu’est-ce que tu veux, le poids d’avoir 13 000$ qui me suit pendant 10 ans m’était insoutenable. J’en ai littéralement fait un ulcère (moi et le stress financier, ça ne fait pas bon ménage). Avec Nico, on a pris la décision d’accélérer nos versements pour finir de rembourser en mai 2018 mon prêt. J’avais aussi un 3000$ qui m’avait été versé en provenance d’un REEE qu’une grande-tante avait placé pour moi et j’avais beaucoup de scrupules à ne pas utiliser ses sous pour mon éducation. En remboursant une partie de mon prêt avec, j’avais l’impression de remettre les choses à la bonne place.

On s’entend tout ça est loin d’être logique. Ce n’est pas payant de rembourser plus vite, même que c’est pénalisant.

Sauf que…

Je me sens mieux. Je n’ai plus d’ulcère, ce qui en soi, est franchement fantastique (et débile, pour commencer…) et j’ai l’impression d’avoir le choix. Et ça, pour moi, ça n’a pas de prix. Je n’ai jamais été quelqu’un qui ne fait que le minimum, et donc, de payer un petit peu en-haut du minimum demandé, ça me rassure.

Certaines dettes sont chargées d’un poids émotif plus lourd que d’autres. Par exemple, si vous avez empruntés des sous à votre grand-mère, même si celle-ci ne vous charge aucun intérêt, vous voulez probablement la rembourser avant de mettre des sous de côté pour votre retraite!

Comme dirait l’autre, le coeur à ses raisons que la raison ignore.

 

Donc, on rembourse ou on épargne?

Ma réponse à moi est en 3 parties:

1- Rembourser les cartes de crédit et autre prêts à taux élevés.

2-Mettre de côté en même temps 1000$ pour se constituer un fonds d’urgence.

3-Pour le reste, faire moitié-moitié.

Alors disons que vous avez 500$ de  »surplus » par mois à attribuer à vos dettes ou votre épargne, je pitcherais la moitié sur mes cartes de crédit et l’autre moitié, je la mettrais dans mon fonds d’urgence de 1000$.

Quand mon fonds d’urgence atteint 1000$ après 4 mois, je prends le 500$ au complet et je le mets sur mes cartes crédit (et/ou autres prêts à intérêts élevés).

Une fois les cartes de  crédit vides, j’épargnerais la moitié du 500$ et l’autre moitié, je rembourserais mes autres dettes si elles me coûtaient plus chères que ce que me rapporteraient mon épargne, ou si leur charge émotive était élevée (aka ulcère).

Voici un exemple, avec une carte de crédit avec un solde 1500$. En suivant ce plan, on la vide en 7 mois, tout en se constituant un fonds d’urgence.

rembourser-epargner

 

De cette façon, on équilibre nos finances et on regarde vers l’avenir. Parce que l’épargne, c’est notre revenu de demain!

L’idée ici est de se départir le plus vite possible des prêts qui génèrent des frais d’intérêts exorbitants et de ramener la situation sous contrôle rapidement. Ensuite, on peut ralentir la cadence et redresser son bilan à une vitesse moins élevée.

Vous avez aussi maintenant un fonds d’urgence de 1000$ pour éviter les cartes de crédit à l’avenir. Vous avez fait un pas dans la bonne direction! Quand j’ai constitué mon premier fonds d’urgence, c’est fou la liberté que j’ai ressenti, fini les urgences qui déglinguent un budget, vous êtes maintenant votre propre banque.

 

L’impact sur sa situation financière

Réduire son endettement est essentiel pour améliorer votre indice de faillite si vous voulez faire des gros achats, comme une maison, prochainement. Cependant, il est important de se rappeler que pour garder son crédit le plus beau possible, il faut éviter de fermer ses plus vieilles cartes de crédit. Autrement dit, remboursez-les, diminuez le montant disponible pour empruntez, mais ne les fermez pas.

Pour l’achat d’une maison et l’obtention d’une hypothèque, il faut démontrer que notre ratio d’endettement brut est sous la barre des 40%, c’est alors une excellente chose que d’abaisser le montant général de nos dettes, car ceci fait diminuer les paiements minimum.

Il faut aussi noter que non seulement, notre bilan s’améliore quand on rembourse nos dettes, mais on libère aussi du cashflow. Une fois qu’une dette est entièrement remboursée, le montant qui auparavant servait à faire le paiement mensuel est maintenant libre d’être attribué à autre chose.

On peut ainsi travailler à augmenter notre épargne et éviter les dettes dans le futur en payant cash pour nos gros achats, où au moins, augmenter la mise de fonds qu’on met à l’achat.

Une dernière note, il faut faire attention aux frais que peuvent occasionner un remboursement anticipé d’un prêt, surtout ceux associés à l’hypothèque. Tenez-en compte dans le calcul de rendement!

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

5 idées pour épargner 400$ à temps pour Noël

Vous êtes toujours étonné quand Noël arrive et de voir votre relevé de carte de crédit en janvier? C’est le temps de prévoir le coup! En commençant dès maintenant à épargner pour les dépenses de Noël, vous aurez 400$ qui vous attendront en janvier pour payer les comptes.

Ho ho ho! Noël approche à grand pas. On vient de terminer avec la rentrée scolaire et ses achats qui vous ruinent et voilà que Noël est à nos portes. Vous ne me croyez pas? Allez compter votre calendrier, je vais vous attendre ici.

Eh oui, vous avez bien vu: 16 petites semaines.

Il reste 16 petites semaines avant le sucre à la crème, les pantalons trop serrés, l’infâme tourtière et l’orgie de cadeaux.

Il vous reste aussi  20 semaines avant de recevoir le bill de votre carte de crédit pour la ribambelle de cadeaux que vous avez offerts à tous. Mon porte-feuille me regarde toujours avec un air meurtri après les faits. Du genre:

« T’avais pas le droit! Comment peux-tu être inconsidérée comme ça? »

Je sais, je sais, petit porte-feuille, je ferai mieux la prochaine fois.

Et aujourd’hui, c’est le moment de faire mieux.  D’être proactif! De déjouer le bill de carte de crédit qui nous force à manger des ramens pendant tout le mois de janvier! Il reste 16 semaines avant Noël, on peut encore changer le futur.

 

planifier

 

L’année dernière, Noël n’a pas coûté « trop » cher chez nous: 300$ en comptant les cadeaux et l’essence pour aller partout. Cette année, je présume que ça risque d’être plus aux alentours de 400$, pour une multitude de raisons, entre autres pour les allers-retours plus nombreux et l’achat de plus de cadeaux.

Et si on ne veut pas être pris au dépourvu quand arrivera janvier (et le temps de payer!), il est important d’épargner à l’avance. Parce que, croyez-moi, ce n’est pas en janvier que soudainement, vous aller trouver 400$ de caché sous le divan et vous en sortir miraculeusement. Oh non! Croyez-moi, j’ai déjà tenté de faire l’autruche et ça fini rarement bien.

Cette année, en plus, Nico termine ses études et sera officiellement en recherche d’emploi le 2 janvier. J’essaie d’être positive et me dire qu’il aura de la facilité à se trouver un emploi, mais ma propre expérience m’a rendue frileuse. S’il devait être lui aussi 6 mois sans emploi stable (et rémunérateur!), on devra être extra-prudents. C’est pourquoi je veux amasser les sous avant Noël pour ne pas avoir à stresser après. Mon cadeau à moi, de moi.

Petit aparté: je pense aussi que le temps des Fêtes, c’est aussi autre chose que les cadeaux. C’est la joie de se retrouver, le temps passé ensemble et le bonheur de voir le temps s’arrêter pour quelques jours. Mais disons-nous le franchement, que ce soit pour les cadeaux ou une bouteille de vin supplémentaire, Noël a toujours un coût. 

Donc maintenant qu’on sait qu’on doit épargner, comment fait-on pour mettre de côté 400$ pour Noël, au milieu de toutes nos autres obligations, comme l’hypothèque, l’épicerie, les frais de scolarité, les autres poste d’épargne et autres? On ne peut pas simplement prendre une paie complète et la mettre dans un compte-épargne, se donner une tape dans le dos et voilà, c’est fait. En tout cas, si c’est votre cas, je vous applaudis, parce que moi, je n’ai malheureusement pas cette opportunité.

Alors si on peut pas faire ça, comment on fait? Ben, on mange l’éléphant une bouchée à la fois.  Il nous reste  16 semaines. 400$/ 16 semaines = 25$ par semaine. Ça s’est faisable. Voici une liste d’idée pour économiser 25$ par semaine en prévisions de Noël.

5-idées-pour-épargner-pour-noel

 

5 idées pour réussir à épargner 25 dollars par semaine

1- Covoiturer plus que de normal

Vous allez voir vos parents, allez passer une fin de semaine dans le bas du fleuve ou encore, voyager régulièrement selon le même trajet pour l’école/ le travail? Le covoiturage va vous sauver les fesses. Chaque fois que je descends à Montréal, je prends des covoitureurs avec moi. À 10$ par personne, c’est facile d’économiser 25$… Surtout, vous êtes maintenant un super-héros pour l’environnement!

2- Chili, falafels et soupe de lentilles

En faisant deux repas végétariens de plus par semaine (en plus des restants pour les lunchs) , il est possible de sauver une vingtaine de dollars, surtout avec le prix de la viande qui augmente sans cesse. Essayer la sauce spag aux lentilles ou même, une assiette de fèves au  lard pour souper. Faites d’une pierre, deux coups en cuisinant vos lunchs si ce n’est pas déjà le cas. Pour économiser encore plus, tenter les légumineuses sèches, qui coûtent encore moins cher que les cannes.

3-Kijiji et autres

On vend tout ce qui traîne et qui ne sert plus. Cette semaine, j’ai vendu des patins à roues alignées. Disons qu’à Sherbrooke, faut être suicidaire pour en faire. J’espère que la personne à qui je les ai vendu va bien… Tout fini par trouver preneur au bon prix et en plus, il existe maintenant de ses petits (ou gros) groupes de vente sur Facebook. C’est franchement super. À chaque fois qu’on fait une vente, on dépose les sous dans un petit pot identifié: Noël, vous allez voir que ça grossit vite!

4-Canettes et bouteilles

Oh que oui, on fait les cheaps et on ramasse canettes et bouteilles qu’on voit traîner. Ça vous fera peut-être pas économiser 25$/semaine, mais combiné à autre chose, c’est une bonne idée. En plus, ça demande pas un gros effort. On se penche et on ramasse.

5-Petites jobines

Vous êtes doué(e)s avec les enfants? Vous êtes un as de la tondeuse? Votre coup de pelle fait des envieux? Vous lavez les vitres comme pas un? Une multitude de job(ines) s’offrent à vous pour combler vos temps morts. Dans le plus-haut de mes activités de gardiennage, je pouvais faire jusqu’à 200$/semaine.  Le tutorat est aussi une excellente option si vous avez la patience et les compétences. Je connais aussi un gars qui à lancer sa compagnie de tondage de pelouse à 15 ans et 20 ans plus tard, sa compagnie possède 12 immeubles à logement. Ne sous-estimez pas le pouvoir de votre temps libre. Je suis certaine que vous avez des talents qui peuvent être mis à contribution!

L’avantage d’épargner à l’avance

En commençant cette semaine, vous aurez mis de côté un beau petit montant pour clearer la carte de crédit en janvier.  La paix d’esprit, ça n’a pas de prix!

Vous pourrez aussi commencer, dès la semaine prochaine, à chercher le cadeau parfait pour toute la parenté. Considérez l’argent mis de côté comme un fonds « cadeaux » et puisez-y les sous nécessaires au fur et à mesure de vos achats, pas besoin d’attendre en janvier! En étalant les achats, vous pourriez économiser gros et cela, pour deux raisons principales. Un, vous ne serez pas pressé dans le temps et pourrez donc choisir un cadeau qui fonctionne avec votre budget, plutôt que de prendre la première chose qui fait l’affaire, parce que c’est le 24 décembre à 16h30.

Et deux, vous pourrez acheter en spécial! Si vous avez trouvé le cadeau parfait, disons une paire de drap en molleton pour chéri qui est tout le temps gelé, vous pouvez aller vérifier sur les différents sites internet des magasins s’ils ne sont pas moins chers ailleurs. Évitez la taxe paresse et achetez en avance pour profiter des spéciaux!

5-idées-pour-épargner-pour-noel

Et si vous continuez sur votre lancée, en décembre 2017, vous devriez avoir assez sur votre compte-épargne pour  acheter des cadeaux à tout le monde et skipper la tourtière  et la folie du temps des Fêtes pour aller dans le Sud. #monrêve

 

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Économiser à la rentrée: guide pour étudiants

J’ai fini l’université en l’an dernier, complétant ainsi 7 ans d’études post-secondaire. Autant que j’étais contente de terminer, autant que le sentiment était doux-amer: fini les rabais étudiants, les party les jeudis soirs et le sentiment que c’est pas trop grave si tu te plantes, parce que tu es à l’école. Je reste pas trop loin de la réalité étudiante, parce que Nico, ma tendre moitié, a encore une session à faire pour obtenir son diplôme d’ingénieur (edit: c’est fini!), mais après, c’est fini pour un petit bout.

J’ai donc vécu 17 rentrées dans mes études post-secondaires, en comptant les sessions d’été, et croyez-moi, ça compte pour une rentrée avec tous les livres à acheter et les crayons qui disparaissent. Au fil du temps, j’ai développé certains mécanismes pour éviter de finir la rentrée avec l’impression de m’être fait saigner à blanc pour tous les achats « essentiels » du début des cours, mais aussi et surtout, pour me conserver un budget ‘‘bière » , ahem, « activités sociales ».

Je vous livre ici mes précieux trucs pour éviter de vous sentir comme un poulet à la rentrée!

 

Avant-Après

 

 

Concernant les items scolaires divers:

Crayons et pousses-mines, surligneurs et gommes à effacer, paquets de feuilles et cahiers, tout ces petits items finissent par faire monter la facture.

Mon meilleur ever truc?

Évitez la COOP comme la peste.

Courez, fuyez, sortez le lance-flammes, n’importe quoi, mais n’achetez rien à la COOP!

J’ai fait une petite étude l’an dernier, voici les prix comparés de la COOP vs les spéciaux de n’importe quelle bannière au temps de la rentrée:

Items Bannières COOP
Cahier 1$/chaque 3$/chaque
Feuilles lignées 50¢/paquet 2$/paquet
Stylo à bille 3$/6 3$/chaque
Efface 50¢/chaque 2$/chaque
Ruban Correcteur 2$/chaque 3$/chaque
Surligneur 25¢/chaque 2$/chaque
Pousse-mine 5$/6 2$/chaque
Cartable 2$/chaque 5$/chaque

 

C’est abominable! Il compte sur le fait que les étudiants sont un marché captif pour leur passer des crayons à 5$ et des sapins. Soyez plus brillants que la moyenne des ours. Allez au Jean Coutu, Uniprix, Bureau en Gros, Wal-Mart et achetez suffisamment pour durer un an. Voici ma liste qui contient tous les essentiels:

  • 2 gommes à effacer (1$/chaque)
  • 4 paquets de feuilles lignées (0,50$/chaque)
  • 10 pochettes en plastique
  • 1 ou 2 cartables (si jamais j’ai rempli ceux que j’avais ou si ils se sont brisés au-delà de toutes réparations)
  • 10 cahiers de 100 pages (1 par cours)
  • 1 paquet de pousses-mine el cheapo (ils ont tendance à disparaître anyway)
  • 1 paquet de crayons à encre bleue et noire
  • 2 white-out
  • 1 paquet de surligneur

Trouvez vous un beau bac pour ranger tout ça et vous pigez dedans au fur et à mesure de vos besoins. Quand l’année se termine, faites l’inventaire de ce qui reste et rachetez-en pour compléter votre kit.

 

Le plus important est de ne pas racheter pour rien, donc soyez organisés et gardez tout au même endroit.

 

*un autre truc de paumé total: à la fin de la session, allez voir dans les objets perdus. Genre, la dernière journée. Ses objets sont souvent jetés en final. Si vous êtes vraiment mal pris, vous pourriez au moins trouver de quoi finir l’année. Sinon, les foires à l’emploi regorgent de crayons 😉

 

Pour les livres

La facture monte tellement vite du côté des livres obligatoires, c’est abominable. Mais ce qui est encore pire, c’est que parfois les plan de cours envoyés ne sont pas tout à fait à jour, alors quand vous vous garrochez, plein de bonne volonté à la COOP, pour acheter vos livres, vous risquez d’acheter le mauvais. Et les livres ne sont pas remboursables…

 

Vérifier si vous devez l’acheter

Encore pire, parfois les profs vous disent au premier cours:

 

« Je sais qu’il y a un livre obligatoire, mais je ne l’utilise pas / préfère un autre. »

En-ra-geant

Moi, j’attendais le premier cours ou j’envoyais un courriel au prof en lui demandant si l’édition précédente fonctionnait. Je faisais donc une pierre deux coups: si le livre était inutile, le prof me disait d’attendre avant de l’acheter. Aller le consulter à la bibliothèque pour le consulter ne me coûtait rien et j’ai évité de m’encombrer!

Si le livre était réellement nécessaire, le prof me disait une fois sur deux que je pouvais acheter l’édition précédente sans problème et les éditions précédentes sont souvent beaucoup moins chères.

 

Achetez usagé via Facebook

Ensuite, abonnez-vous à groupe Facebook de votre faculté et soyez vite sur la gachette: sautez sur tous les livres usagés que vous voyez. Renseignez-vous sur le prix neuf et essayez de payer la moitié du prix pour les livres de 1ière session et au moins 30% de moins pour les autres. Cependant, assurez-vous que c’est le bon livre. Souvent, les gens vont vous vendre de bonne foi ce qu’ils ont utilisé dans le cours, mais le livre peut avoir changé complètement et vous serez pris avec 2 livres, dont un inutile.

Plus un livre est usé, moins il est cher, ce qui ne veut pas dire que vous ne serez pas capable de l’utiliser quand même!

Pour les livres que vous êtes incapable de trouver usagé par d’autres étudiants, rabattez-vous sur Amazon. J’étais souvent en mesure d’avoir l’édition précédente pour 30% de moins que la COOP et l’édition actuelle pour 10-15% de moins. Ça vaut la peine!

livresuni

Quelques fois, les Cégeps et universités organisent des foires aux livres. Un bon moyen d’économiser full pine. Au Cégep, j’avais acheté tous mes livres pour les cours de bases comme ça, j’avais payé 30$ pour un livre de bio qui valait 120$!

Kijiji reste une option. Certains sites offrent aussi l’achat et la vente de livre, comme meslivres.ca.

 

Vendez vos vieux livres

Et n’oubliez pas de vendre vos livres vous aussi! Prenez le conseil d’une fille qui a fini: je n’ai réouvert mes livres que très très rarement. Au pire, tout se rachète ou se trouve sur internet. Avec l’argent que vous ferez, vous pourrez payer une partie des nouveaux!

*pour les très très paumés: la bibliothèque est une option, mais vous risquez de ne pas pouvoir avoir accès au livre au moment des examens.

 

Pour les vêtements

Oh que oui! Parce qui dit rentrée, dit nouveaux vêtements, right?

Ben pas nécessairement.

Maintenant, il fait 30 degrés jusqu’en octobre, donc on porte des shorts et des sandales pour les 2-3 premières semaines de la rentrée. À quoi ça sert alors de s’acheter une garde-robe complète de chandail de laine, veston et pantalon longs en août?

À rien.

Attendez début novembre et profitez des spéciaux. Au pire, si vous avez besoin d’un kit propre pour faire des présentations, achetez-vous un veston et assortissez-le avec des morceaux que vous possédez déjà.

Faites le ménage de vos tiroirs et armoires. Ressortez-les morceaux oubliés, triez vos souliers et profitez du 5$ que vous retrouvez dans vos jeans. Identifiez ce qu’il vous manque. L’an dernier, j’ai cherché toutes les friperies pour une jupe grise. Ben, j’en avais déjà une. #fail

Aussi, les friperies sont vos amies. Des humbles sous-sol d’église où tout est à 25¢, jusqu’aux friperies hauts de gammes où les marques comme Anne Klein et Jones New York se côtoient sur les rayons, vous aurez l’embarras du choix. Oui, il faut fouillez. Mais dites-moi pas que vous fouillez pas chez Winners?

C’est ça que je pensais… 😉

Nico (ma tendre moitié) a travaillé en chemise-cravate tout l’été, pas une de ses cravates a été achetées neuves, mais elles sont toutes en soie et s’accordent à merveilles avec les chemises à 3$ que j’ai déniché ce printemps. Ça vaut la peine de jeter un oeil, surtout si on sait à l’avance ce qu’on aura besoin, parce que les chances sont minces qu’on trouve la veille d’une présentation importante un complet avec souliers assortis, mais avec un minimum de délai, j’ai réussi à dépenser moins de 40$ pour une garde-robe professionnelle pour Nico.

*pour les très paumés: évitez les achats tout simplement. Si vous n’allez pas à l’école tout nu, vous êtes en business.

 

Et vous, avez-vous des trucs pour économiser à la rentrée?

 

Économiser à la rentrée

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

Épargner, oui, mais pourquoi?

Ok, go première réponse qui vous passe par l’esprit!

Je vous gage un gros 10$ que la majorité des gens à qui ont pourrait poser la question répondraient:

Ben, pour la retraite, c’t’affaire!

Pis c’est normal. On se fait répéter et re-répéter que la plupart des gens n’épargnent pas suffisamment pour leur retraite (42% des gens, en 2014, n’ont pas épargné un sous!!), alors naturellement quand on pense à l’épargne, on pense à la retraite.

Épargner, oui mais pourquoi?

Crédit photo: La Presse

Cependant quand on épargne en vue de la retraite, c’est le plus souvent à long-terme et l’argent est donc nécessairement investi dans des placements moins liquides que pour l’épargne de court-terme. L’épargne court-terme, ça reste le plus souvent sur un compte-épargne traditionnel, parfois dans un CELI.

À quoi ça sert?

Et alors, ça sert à quoi l’épargne à court-terme vous me direz?

Eh bien, c’est pour les urgences, les grosses dépenses et les moins grosses.

Oui, je sais. Pour tout ça, on se fait vendre du crédit. Un dégât d’eau, y’a la marge de crédit pour ça. Une voiture, y’a le prêt auto. Un nouveau matelas, ça se paie en 36 versements.

Sauf que même si vous prenez le crédit, vous devrez le payer un jour, et rajouter les intérêts par-dessus le tas. Même pour les prêts à 0%, vous allez payer une surprime. Vous me croyez pas? Offrez de payer cash votre nouveau char et regarder les rabais faire descendre votre prix.

En épargnant pour vous payer ces biens ou pour payer les urgences, vous évitez de mettre de l’argent dans les poches de votre banquier via les prêts et les intérêts. Et même plus, vous risquez de vous faire payer des intérêts. En ce moment, chez Tangerine, mon compte-épargne garanti m’offre 3% sur les nouveaux dépôts, ce qui est franchement exceptionnel.

Épargner, oui mais pourquoi?

Mon p’tit exemple

Je vous donne un exemple vécu. Je magasinais un divan en 2011. Je voulais qu’il soit neuf, c’était le seul morceau de mobilier que nous aurions neuf. Je trouve celui que je veux, la madame me fait le prix et tout le tralala, avec le plan de financement sur 18 mois. Le prix? 800$.

Je fais mon beau p’tit sourire et je lui dis que non, je paierais comptant mon divan et lui demande de me refaire le prix sans financement. Le prix? 685$. Juste parce que je leur évitais la paperasse et les frais imposés par Accord D, j’avais presque 15% de rabais! Mon financement à 0% me coûtait en réalité 15%.

Ok, mais là, on épargne comment et pourquoi?

Chez nous, on épargne pour tout. Ça peut paraître fendant, mais c’est la technique qui fonctionne le mieux pour nous, parce que les dettes nous rendent nerveux et chatouilleux.

Nous avons un fonds épargne pour la prochaine voiture. Nous avons estimé que nous aurions besoin de 8000$ pour la prochaine voiture, et ceci, d’ici deux ans.  On a regardé notre budget et on s’est demandé où on pouvait trouver les 400$/mois pour y arriver. La réponse? On ne peut pas. Ce qu’on peut faire par contre, c’est mettre 250$/mois de côté. Ça nous amène à 6000$ dans deux ans.

Non, ce n’est pas 8000$, mais on se dit qu’il sera toujours temps de faire le bilan de notre situation rendu au moment de l’achat et déplacer de l’épargne d’un autre fonds vers celui-ci, en suivant nos priorités.

Un autre fonds? Oui, nous en avons plusieurs. Un pour les urgences contenant l’équivalent de 3 mois de dépenses fixes, pour nous permettre de vivre en cas de baisse de revenus.

Un pour les taxes municipales, sinon c’était la panique, car on devait trouver 3600$ en mars, maintenant on économise 350$ par mois et c’est tellement plus zen! Le montant part directement du compte où sont déposé les chèques de locataires.

Et un pour les dépenses auto, nous avons calculé le montant annuel en entretien que nous devions consacrer aux voitures, 1200$, et on y met 100$ par mois de côté.

Le dernier, pour le moment, est tout nouveau, est pour les grosses dépenses qualifiées de désirs et pas de besoins. Comment pour la fois où j’ai acheté un nouveau lave-vaisselle (usagé, mais presque neuf). Nous en avions déjà un, mais lui était mieux et plus récent. Officiellement, je n’aurais pas dû l’acheter et pour éviter les débordements de budget, nous avons décidé de nous doter d’un fonds pour ça. Si l’argent pour l’achat est sur le compte, alors ça passe. Sinon, tant pis!

Les avantages

Le délai

Selon moi, l’avantage principal, c’est de se donner le temps de réfléchir aux gros achats. La consommation à une composante émotive importante. C’est pour cette raison que des psychologues sont embauchés pour faire des campagnes de publicités et analyser les comportements des consommateurs pour mieux vendre. Parfois le frigo en inox, qu’on veut tellleeeeemeeent, c’est pas le move le plus smart quand le frigo qu’on a fonctionne #1. Ça permet aussi de mieux faire ses recherches et comparaisons.

Avoir le prix réel

Comme je l’ai dit plus-haut, quand on prend du financement pour un bien, il y a des frais pour ça. L’argent ne sort pas des airs pour les vendeurs. Ils l’empruntent ou ne l’investissent pas et cela leur coûte. Et ils vous refilent la facture d’une façon où d’une autre. La méthode la plus flagrante, ce sont les intérêts. L’autre, c’est les prix gonflés. Vous seriez surpris des prix que vous pourriez obtenir si vous sortiez une liasse de billets sur le bureau du vendeur d’électroménagers!

Voir le montant total

Si vous ne seriez pas prêt à sortir le montant d’un coup de votre porte-feuille, parce que ça fait mal, peut-être que ce n’est pas un besoin réel. Comme changer de téléphone; en échange d’un nouveau forfait plus cher (10$ de plus par mois), j’aurais un nouveau téléphone. Sauf que je suis incapable de me voir sortir 360$ de ma poche pour acheter un nouveau téléphone. Le mien fonctionne bien et même si ça serait super d’avoir plus de ci et de ça, 360$, c’est trop pour ça. Idem pour le superbe set de salle à manger annoncé à 119$/mois, qui revient plus de 4000$ une fois tout payé (oui, j’ai failli, passé ben ben proche, de craquer). Si vous auriez des remords à vous départir de 4000$, comment ça se fait que 120$/mois pendant 2 ans ne vous donne pas le même feeling?

Fini la panique!

On a beaucoup parlé des gros (et petits) achats, mais l’épargne c’est aussi pour les urgences. En mettant un fonds d’urgence sur pied, vous vous assurez de n’être plus jamais pris de court pour les prochains pépins qui surviendrait dans vos vies. Un coussin de 1000$, c’est base, ça fait partie de mes 4 règles simples pour me sécuriser niveau finances. En étant un tout petit peu discipliné, on peut se créer un fonds d’urgence de 1000$ en quelques semaines et profiter du sentiment de sécurité que ça apporte par la suite!

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

© 2017 Cennes Habitudes

Theme by Anders NorenUp ↑