4 méthodes pour créer son budget

Ok, alors vous êtes prêts à faire votre budget. Vous êtes convaincus de sa nécessité, vous avez-même commencé à ramasser vos relevés et vos talons de paie. Sauf que là, vous êtes perdu et vous vous demandez:

 

Comment calculer le montant que je devrais accorder à quoi?

 

Combien d’argent devrait être consacré à l’épargne?

 

Est-ce que si je fais un budget j’ai encore le droit d’aller au resto et d’acheter un café le matin?

 

Autant de question qui restent suspendues dans les airs et se mettent entre vous et votre zénitude.

Un budget, je vous le rappelle, ça sert principalement à savoir où son argent s’en va. Parce que ces mautadits dollars là ont la fâcheuse manie de disparaître plus vite que le prochain chèque de paie arrive.

Sauf que ça sert aussi à discipliner ces mêmes dollars et leur faire faire ce qu’on veut qu’ils fassent. Autrement dit, si vous voulez partir en voyage dans le Sud cet hiver, il serait intéressant de commencer à rediriger une partie de vos revenus vers un fonds « voyage » et optimiser ainsi chaque dollar gagné pour avoir le maximum de satisfaction!

Je vous propose ici deux méthodes pour réaliser un budget: la méthode 50-30-20 et la méthode zéro. À l’intérieur de ces techniques, on peut aussi utiliser deux méthodes: la méthode par fonds, la méthode moitié-moitié.

Faire son budget: 4 méthodes qui fonctionnent

Méthode 50-30-20

Cette méthode réparti votre revenu de la façon suivante:

  • 50% pour les nécessités et obligations
  • 30% pour les désirs
  • 20% qui doit contribuer à un objectif financier, soit votre épargne ou réduire une dette

C’est une façon plus vague de faire son budget, mais au moins ça donne les grandes lignes, donc si vous n’êtes pas sûr par quel bout commencer, ça vous enligne. Ces pourcentages aident à balancer les fonds entre les besoins, les désirs et le futur.

Le désavantage de cette méthode, c’est que si vous avez un revenu très faible, vous pourriez consacrer beaucoup plus que 50% de votre revenu sur votre logement, votre épicerie et vos obligations.

Aussi, il peut être difficile de distinguer les nécessités des désirs et mal les catégoriser. Ce qui est pour vous une obligation est peut-être pour moi un désir. Par exemple, on a tous (ou presque) un cellulaire, mais pour moi, un forfait à 80$ relève du désir plus que du besoin quand on peut en avoir un à 35$! Pour vous cependant, c’est peut-être essentiel pour votre travail.

Je pense aussi que le fait que les objectifs financiers soient les derniers de la liste donnent une fausse impression  »que c’est la dernière chose à faire » avec son argent. Du genre, « s’il m’en reste, je le mettrai là« . Au contraire! Je pense qu’on devrait  toujours se mettre au top de sa liste et se payer en premier.

Même que moi, j’inverserais les pourcentage et je ferais 30% épargne, 20% désir;

parce que mon épargne d’aujourd’hui, c’est mes désirs de demain.

 

Je peux être poète de même, moi ;).

 

De plus, si vous avez un gros passif (lire: beaucoup de dettes), 20% n’est peut-être pas un montant suffisant pour le réduire rapidement et vous redonner une liberté. Autrement dit, c’est une méthode moyenne qui fonctionne bien pour une personne moyenne: pas de trop de dettes, avec un revenu ni trop bas, ni trop haut.

Si vous avez un faible revenu (comme les étudiants!) ou si vous êtes très endettés, la prochaine méthode est pour vous!

 

La méthode zéro

C’est ma méthode. C’est ainsi que je m’assure de donner une job à chaque dollar et que l’utilisation de chaque dollar est maximisé.La théorie est simple, vous devriez savoir au début du mois où ira chaque dollar tout au long du mois. Vous ne devriez pas avoir d’argent qui reste sur votre compte chèque à la fin du mois, inactif, sans but.

Plus votre budget est détaillé, mieux cette technique fonctionne. Par exemple, au lieu d’avoir une catégorie « Santé », vous devriez détailler « médicaments », « produits de beauté », « chiro », etc. et attribuer un montant à chaque. Quand nous avons commencé à être plus sérieux avec cette méthode, notre budget est passé de 6 catégories à plus de 12! Comme tout es mieux défini, vous savez exactement combien vous avez d’argent à dépenser. Par exemple, nous avions une catégorie varia qui comprenait tout allant des sorties, au resto, aux gogosses, aux imprévus. Au final, on dépensait toujours plus parce qu’on ne savait pas combien on pouvait dépenser sur chaque chose. Maintenant, j’ai une catégorie resto et une autre pour les sorties. Je sais que j’ai 75$ par mois pour le resto et 40$ pour les sorties.

Pour cette méthode, vous devriez commencer par détailler les catégories essentielles. Ces catégories, on les reconnaît à: si je les aie pas, je meurs/fais faillite. Le loyer/hypothèque, les assurances, l’épicerie, l’essence pour aller travailler, les paiements de dettes et l’électricité font parti de cet ensemble. Tout ce qui n’implique pas votre mort/faillite dans le mois qui suit est hors essentiel.

De plus, vous devriez avoir un poste budgétaire  »épargne/remboursement de dettes » se situant entre 15-20% de votre revenu, mais en plus, si vous arrivez à la fin de votre exercice et qu’il reste disons, 100$ qui n’est pas classé, il devrait aller directement en épargne. Tant que vous remplissez vos obligations et que vous mettez 15-20% de votre salaire de côté, vous êtes sur la bonne voie!

Exemple: Vincent gagne 3000$/net par mois.

15% de 3000$= 450$—–>direct en épargne (225$/ paie, ne pas attendre la fin du mois, faites le au début).

Ensuite:

Poste budgétaire Dépense
Loyer 500$
Épicerie 325$
Soins Personnels 50$
Cellulaire 36$
Internet 27$
Assurance Auto 52$
Assurance maison 18$
Prêt étudiant 158$
Réparations auto 346$
Essence 250$
Électricité 45$
Nourriture à chat 22$
Resto 125$
Loisir 150$
Total 2104$

 

On peut voir que selon sa liste, il lui reste 471$ (3000$-450$-2014$=471$) qui ne sont pas attribués à quelques chose et qu’il devrait donc diriger vers la catégorie  »Épargne » directement à chaque mois, ça pourrait lui servir à financer un voyage par exemple, ou sa prochaine voiture.. Ainsi, sans se priver, il pourrait réussir à mettre de côté presque 900$ par mois.

Cependant, ce type de budget, quoique super efficace, a un gros défaut: il n’y a pas de place pour les imprévus et les oublis.

Par exemple, on voit qu’il a payé des réparations pour son auto de 346$ ce mois-ci, mais que ce serait-il passé si la facture aurait été de 500$? Ou encore, il avait oublié qu’il devait payer son permis de conduire! C’est pourquoi, autant que j’aime cette méthode, autant que je n’ai jamais réussi à maîtriser mon budget avant de la combiner à la prochaine technique.

 

Faire son budget: la méthode zéro est plus complexe, mais chaque dollar travaille.

 

La méthode par fonds.

En gros, vous faites la liste de toutes vos dépenses: celles qui sont journalières, ensuite hebdomadaires, puis mensuelles, trimestrielles et enfin annuelles et vous ramenez le tout par mois. Donc les dépenses journalières sont multipliées par 30 (ou le nombre de jour requis) et les hebdomadaires par 4. Les dépenses trimestrielles sont divisées par 4 et les annuelles, par 12.

Par exemple: mon café le matin me coûte 2$ chaque matin de la semaine, donc 40$/mois.

Je remplis mon réservoir d’essence une fois par semaine pour 50$ à chaque fois, donc 200$/mois.

Mon permis de conduire est payable en novembre au coût de 120$/an, donc 10$/mois.

Les frais de scolarité sont payables au 4 mois, pour 1500$ à chaque fois, donc 375$/mois. Et ainsi de suite.

Le montant par mois est celui qui doit être mis de côté pour être en mesure de régler la facture en entier quand elle est disponible. Nous, nous avons trois fonds qui comprennent:

  • Permis de conduire (2)= 240$/an —–>20$/mois
  • Réparations et entretien auto: 1800$/an —–> 150$/mois
  • Immatriculation (2)= 500$/an —–> 42$/mois
  • Taxes municipales: 3000$/an ——>250$/mois
  • Taxes scolaires: 720$/an——>60$/mois
  • Entretien du triplex: 150$/mois (on ne sait jamais quand ça va arriver, mais c’est une moyenne des dernières années)

Tout ce qui touche aux voitures s’en va sur un compte épargne qui est réservé pour ça. Tout ce qui touche les taxes, idem. L’entretien du triplex va sur le fonds urgence.

Si certains mois nous avons besoin des fonds, on se fait un transfert. Comme ce mois-ci, j’ai fait faire la timing belt sur ma Kia pour 336$. Je vais donc verser 336$ sur la carte de crédit à partir du fonds  »auto ». En mars de chaque année, on doit payer les taxes municipales, on fait donc un transfert du compte  »taxes » à notre compte-chèque de 3000$, sans même sourciller, parce que l’argent est là. Ça ne fait rien à notre budget, qui reste ainsi stable de mois en mois. C’est la paix d’esprit en versements mensuels et en plus, on engrange un peu d’intérêts sur nos fonds!

Je crois aussi, pour l’avoir vécu, que c’est la méthode la plus efficace pour les gens qui ont un revenu qui varie. Nous avons commencé à utiliser cette méthode durant ma période de travail autonome, prêt étudiant et revenu de stage. On était toujours surpris par une dépense qu’on avait oublié, un pépin, etc.

En se forçant à calculer le montant mensuel de toutes nos dépenses annuelles et à l’économiser, on a gagné une flexibilité sans borne et on a pu recommencer à économiser. Cet automne, nous avons pu payer 7000$ de dettes et épargné presque 5000$ sur un revenu de 20 000$!

 

La méthode moitié-moitié

Cette technique, je ne la pratique pas activement, mais certains ne jurent que par elle. En gros, on regarde les factures pour le mois prochain et on met de côté l’argent pour celles-ci dans le mois courant. Ça s’explique mieux par un exemple:

Si le loyer est dû pour le 1ier mars, quand votre paie du 12 février arrive, mettez de côté la moitié du montant, soit 250$.

Quand votre 2e paie du mois arrive le 26 février, vous mettez l’autre moitié de côté, soit 250$.

Quand arrive le 1ier mars, vous avez votre 500$ au complet et vous n’êtes pas obligé d’utiliser toute votre paie pour le loyer, survivre pendant 2 semaines, être payé de nouveau, virer fou devant tant de cash, vivre comme un roi pendant 2 semaines et ensuite survivre pendant 2 semaines, etc. Ça réparti les dépenses pour éviter les disparités dans le mois.

 

C’est  faire un budget, mais au lieu de le faire sur un mois, vous le faites sur 15 jours. Vous aurez compris que ça prend un mois de « double » paiement pour réussir à faire ça, mais une fois que vous êtes organisés, ça permet de régulariser les sorties d’argent en fonction de vos entrés de sous.

En entreprise, c’est la première chose à regarder quand une entreprise à des difficultés financières: est-ce que c’est juste une question de gestion des flux de trésorerie? Si les revenus sont suffisants pour couvrir les dépenses, le problème est souvent que les dépenses se font en début de mois et les entrées se font en fin de mois. En réorganisant le tout, on réussit souvent à remettre l’entreprise sur la voie!

 

La méthode traditionnelle

C’est la méthode des gens pas de budget qui espèrent être capables de payer leur carte à la fin du mois. Elle peut se résumer ainsi:

Méthode traditionne: pas de budget, on se plante

 

La seule mauvaise méthode pour faire un budget, c’est de ne pas en faire du tout! À moins que votre budget soit systématiquement déficitaire à chaque mois, vous êtes sur la bonne voie. La clef, c’est de persévérer. À chaque mois, on prend un peu plus conscience de son budget, on l’intègre à notre quotidien et on l’adapte. Et puis, si vous êtes déficitaire, au moins maintenant, vous le savez, fini la tête dans le sable!

 

Et pour répondre à vos questions:

La réponse à « Est-ce que, si je fais un budget, j’ai encore le droit d’aller au resto et d’acheter un café le matin? », est simple.

Ça dépend!

Êtes-vous capable de remplir toutes vos obligations et de mettre 20% de votre salaire de côté?

Si oui, si votre café vous rend heureux, why not coconut?

Si vous avez des dettes qui vous coûtent une petite fortune en intérêts par mois, moi je prendrais le 2$ et je le verserais à chaque jour sur ma dette.

Moi, je sais que, autant que j’adore le café, je suis plus satisfaite par le fait de voir mon épargne grossir tranquillement et m’assurer la zénitude que je recherche, que par mon colombien corsé.

Chacun ses priorités, l’important c’est que le café ne viennent pas vous mettre dans la marde au bout du mois. Parce qu’un café par jour, à 20% d’intérêts, sur l’année, vous coûte 225$ en intérêts.

Et vous, quel est votre méthode?

 

Passez le mot!
Share on FacebookPin on PinterestShare on LinkedIn

2 Comments

  1. Wow j’aime bcp ton blogue et tes articles très clairs…je suis trèèèès loin de la finance et J’HAGIS les budgets mais tu te fais convaincante!
    Mon premier défi: en février je fais un mois sans achats donc je vais prendre conscience de certaines choses et ensuite un budget par fonds pour mes imprévus que je calcule jamais et enfin épargner pour autre chose que les REER ou REEE. Merci beaucoup!

    • SaraJane

      24 janvier 2017 at 12:13

      Merci pour le commentaire 🙂 Je ne réussis jamais les mois sans dépenses, mais je suis capable de faire une semaine sans dépenses comme une championne par exemple 😛 La clef pour moi a été de me demander en prenant chaque objet dans mes mains si je n’avais pas quelque chose qui pourrait faire pareil sans avoir besoin de l’acheter. La plupart du temps, la réponse est oui!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Cennes Habitudes

Theme by Anders NorenUp ↑